Tag Archives: remplacement

entretien d’embauche, the first one!

1 Mar

Pour ceux qui lisent le blog en pointillés, ou pas du tout, je rappelle que je suis sur le point d’achever ma formation d’éducatrice de jeunes enfants, et passe donc le diplôme en juin. Dans la structure où j’effectue mon stage long, à responsabilité, il n’y a qu’une seule éducatrice et ne semble pas partie pour faire un petit troisième, donc pas d’opportunité d’embauche ou de remplacement de ce côté là, en tout cas pas là long terme. Je pourrai évidemment remplacer au pied levé des auxiliaires étant donné que je connais très bien la structure (28 semaines de stage, étalées sur 10 mois, ce n’est pas rien!)

Je suivais depuis un certain temps le marché de l’emploi dans un rayon de 70 kilomètres autour de chez moi, grâce à l’ami Paul qui a enfin une fonction d’alerte si de nouvelles offres concernant mes critères venaient à être publiées sur son site. Il y a 3 semaines, je découvrais une offre de CDD d’un an, d’adjoint de direction d’une grosse crèche, débutant accepté. Chéri m’encourageait vivement à y répondre « au pire, ils auront ton CV sous le coude si la personne ne fait pas l’affaire, ou pour un remplacement ».

J’ai pesté, trépigné, puis me suis finalement décidé à pondre une lettre. Avec son aide, parce que les lettres, c’est mieux son truc à Chéri. J’ai bien expliqué que je n’aurai le diplôme qu’en juin, etc… mais en même temps l’offre ne précisait pas pour quelle date est la prise de poste.

La coordinatrice petite enfance m’a appelée pour me dire que les entretiens avaient lieu le 19 mars, « est ce que ça vous va? ». Et merde, il a fallu que ça tombe LA semaine du mois où je suis en formation. Quand je suis en stage, la directrice est cool et peut modifier mes horaires si j’ai besoin un jour. Mais la formation, qui m’est en partie financée, je me dois d’y assister. Et puis le soir, on a guidance de mémoire et j’en ai vraiment besoin, et… « pas vraiment, je suis en formation justement cette semaine là »‘

Réponse un peu sèche: « écoutez, je vais voir si les autres candidats sont disponibles ce jour là. Si personne ne peut, on déplacera, sinon tanpis. Parce que nous sommes 4 à faire passer l’entretien et c’était déjà dur de trouver une date commune alors… »

4!!! Oh my god…

« bon, je vais voir comment je peux m’organiser, je vous rappelle ».

Une heure à me triturer l’esprit, à demander conseil à une copine, à ma responsable de stage… Ma copine de promo me rassure, « les cours tu les rattraperas, fait sauter la journée et vient juste pour la guidance le soir! »

Ah oui , pas bête. Je rappelle donc la coordinatrice, en disant que j’ai pu m’arranger mais par contre il faut que je sois à 17h à Lyon, donc j’aurais une préférence pour passer le matin. Elle me dit que tous les entretiens sont concentrés en une après-midi car « vous n’êtes pas très nombreux » (chouette c’est déjà une bonne chose), mais comme les autres candidats n’avaient pas encore rappelé, j’ai pu choisir mon créneau. Je serai donc la première à passer, à 14h.

Passé le cap de la *danse de la joie*, je peux vous assurer que je flippe sévère. Moi, la petite débutante qui n’a même pas encore son diplôme, qu’est ce que je vais bien pouvoir leur apporter? Bref, mon esprit est sans cesse occupé par les questions qu’ils pourraient éventuellement me poser, et auxquelles je ne trouve pas de réponse pour l’instant… Panique à bord!!

question

ma bibliothèque est full!

21 Jan

L’année où j’ai rejoint Chéri en Dordogne, nous avons eu notre premier appartement en commun de manière officielle (mon nom sur l’interphone, déclaration commune ect…) et non plus l’un qui habite chez l’autre.

Bref, je suis arrivée avec des joujoux par milliers. N’oublie pas mon petit soulier. Du bazar, ah ça oui j’en avais!! Et cette année là j’ai même vécu la formidable expérience du remplacement en maternelle pendant une année scolaire. Autant te dire que j’ai agrandi ma collection de bouquins (entre la préparation au concours de professeur des écoles et les livres de littérature de jeunesse…)

couverture album mario ramos loup loup y es tu?

Un petit hommage à Mario Ramos, décédé il y a quelques semaines. J’aime beaucoup cet auteur de littérature de jeunesse,
et plusieurs albums de lui font partie de ma bibliothèque!

Ni une, ni deux, en deux-trois clics Chéri trouve une bibliothèque pô chère sur le bon coin, histoire d’ordonner un peu tout ça, et surtout dans l’espoir de cantonner mon bazar dans un espace limité.

Maintenant que nous avons déménagé dans la Drôme, et surtout dans un appartement plus petit, il faut faire des concessions. Alors j’ai déposé pas mal de livres à vendre sur price minister, j’en ai vendu quelques uns, mais que des récents (moins de 5 ans). ça a été dur pour moi, la partisane du « ça pourra toujours servir » ou « celui-là-je-l’aime-trop-mais-je-ne-l’ouvre-jamais »

J’ai quand même gardé ma collection d’enquêtes de Patricia Cornwell car je n’ai pas eu le temps de lire tous les livres (achetés 1 euro pièce sur une brocante et pas du tout abîmés!) et aussi mes Ken Follett et Harlan Coben adorés!

Et puis, bien sûr, j’ai une multitude d’albums de l’école des loisirs (notamment en lutin de poche parce que ça commençait à faire un sacré budget) et les albums chéris de mon enfance. Chéri a mis le holà et m’a interdit d’acheter d’autres albums avant que nous ne devenions parents.

Pas la peine de me prendre pour une femme soumise hein, mais le deal c’est que j’en achète un si j’en revends un autre. Et pour l’instant, je ne me vois pas me séparer de MES albums 🙂 Alors je me fais plaisir en offrant aux enfants des autres!

Retrouve les autres participations au lundi parmi tant d’autres chez Zaza

estime de soi en chute libre

1 Oct

Je suis quelqu’un qui manque énormément de confiance en moi et qui a une piètre estime de moi-même, depuis très longtemps je crois. (j’avais repris du galon dans l’estime l’année de mon remplacement en maternelle où je me sentais compétente) Je n’ai jamais fait de psychanalyse ou rencontré de psychologue pour savoir d’où vient mon hyper-émotivité qui parfois me rend les relations difficiles et/ou compliquées avec les autres.

https://i1.wp.com/semeunacte.com/wp-content/uploads/2010/07/Comment-Apprendre-A-Construire-Une-Estime-De-Soi-Saine-semeunacte.jpg

On me décrit comme quelqu’un de patiente, tolérante, ouverte aux autres…comme on peut me considérer froide, sauvage et un peu brut de pomme parfois dans ma façon de m’adresser à l’Autre.

C’est que la Bouba n’est pas apprivoisable par n’importe qui non plus hein! Il faut m’inspirer confiance, ne pas me paraître trop envahissant pour autant. Me faire rire, m’envoyer des petites piques, mais pas me vanner à longueur de temps sinon ça devient vite lourdingue. Ne pas être quelqu’un d’imposant par la gestuelle, la parole ou les traits du visage (quelqu’un de froid va me faire fermer comme une huître)

Il paraît que je n’ai pas ou peu d’humour. ça vient d’où ça d’ailleurs, l’humour? je ne saurais pas l’expliquer. Et pi’ l’humour, c’est pas comme la barbe, tu peux pas te décider un beau matin de te la faire pousser. (c’était pour l’exemple hein, en vrai je n’ai pas de barbe, je te rassure!) Bref, tout ça pour dire que je peux parfois paraître « coincée », et ça m’agace que les gens s’arrêtent à cette image là de moi.

Je ne sais pas trop quelle image je renvois aux membres de l’équipe dans la crèche où je suis en stage. J’avoue avoir surtout peur du regard de ma référente et de la directrice, pas tellement des autres. Les deux premières m’ont dit en début de stage qu’elles ne me sentaient pas à l’aise (je dois dire que c’est aussi à cause de leur attitude vis à vis de moi, et après c’est un peu la spirale du manque de confiance!) même si avec les autres collègues pas de problème, et aucun souci non plus du côté des parents et des enfants.

Ce soir, on avait groupe d’analyse de la pratique. J’en fait déjà régulièrement au cours de mes sessions théoriques dans ma formation, mais le contexte est différent puisque je partage des expériences avec des personnes qui ont le même statut que moi, stagiaire, dans d’autres structures et donc d’autres terrains d’expériences, d’autres contextes. Là, je suis avec des personnes auprès de qui je me sens « inférieure » (ce qui est vrai du point de vue hiérarchique) et je suis énervée contre moi même d’avoir été rouge, la voix balbutiante, les quelques fois où j’ai pris la parole. Depuis, je me dis que putain, je sers à rien quoi!!

Et voilà, comme à chaque fois qu’une attitude de ma part me pose problème à un moment donné, je vais le ruminer pendant un moment, me remettre totalement en question… je suis nulle, patati, patata, je ne vaux rien.. pourquoi suis-je autant affectée par le « que va-t-on penser de moi? »

J’arrive à prendre du recul, parfois, à passer à autre chose.. et dès qu’une contrariété surgit, liée à une situation où je me suis sentie pas intéressante, ou bien gamine, nulle…c’est le drame!

Je viens de tomber là dessus (où j’ai déniché l’image plus haut) :

« l’intimidation est une émotion résultant de la combinaison de la crainte de l’autre et de l’envie de lui plaire, le tout associé à un manque de confiance.« 

Crainte du jugement + Forte envie de faire bonne impression + Faible confiance en soi = risque d'intimidation

et je me retrouve dans tout ça: les symptômes (tremblements, rougeurs, sueurs, respiration coupée…), les cognitions(Focalisation sur soi, anticipation anxieuse, auto-dévalorisation, pensée en tout ou rien…), les comportements (inhibition, retrait, fuite. Masques comportementaux: froideur, rudesse…)

Des gens dans ma situation? Comment vous « soignez-vous? »