Tag Archives: mémoire

Mes oraux au DEEJE

26 Juin

DEEquoiiiiiiiii?

DEEJE = Diplôme d’Etat d’Educateur de Jeunes Enfants. Tu sais, le truc là, qui clôt mes trois années de formation, qui a causé ma désertion de la blogo ces derniers mois… Et ben v’là, j’ai besoin de poser mes impressions, à froid car les oraux c’était il y a déjà deux semaines.

Très franchement, avant de passer les épreuves, je stressais surtout pour les deux oraux car ce n’est pas mon fort, tout en me rassurant parce que j’ai appris plein de choses intéressantes pendant ces trois années pour me former au métier d’EJE.

Premier oral:

J’ai passé tout d’abord un premier oral, durant lequel j’étais interrogée au hasard sur un dossier parmi trois (d’une dizaine de pages chacun, donc shorty): mon tout premier de formation, dans lequel je devais mettre en place une activité en lien avec le contexte du territoire dans lequel se trouvait ma structure, et en expliquant les moyens, méthodes, déroulement de l’activité… Les réajustements…, un deuxième dossier concernant l’observation suivie d’un enfant, et enfin mon projet d’action à finalité éducative. Pardon pour ce jargon, mais en gros c’est le projet que j’ai mis en place dans la crèche qui m’accueillait en stage long (28 semaines!). Ce dossier montre la méthodo’ de construction d’un projet, selon les besoins des enfants, la négociation avec l’équipe, les réajustements;.. ect..

On devait être une dizaine à passer en même temps, toutes (oui on était que des filles!) à stresser sur notre chaise en attendant que nos jurys respectifs viennent nous chercher. Et là, à 14h30, je vois 5 ou 6 personnes s’avancer vers nous, et appeler leur candidat à la chaîne, avant d’aller dans leur salle correspondante. Oh my god, je ne suis toujours pas appelée!!! On est encore 4 à attendre. Je vois une nana sortir d’une salle et s’approcher de nous. Je me dis qu’elle a une tête sympa et que j’aimerais bien que ce soit moi qu’elle vienne chercher. « Je viens chercher Anna? » Oh!!! C’est génial!! Je me lève et la suit. Je me dis que c’est cool, elle ne m’a pas appelé « Mlle Machin », elle a l’air humaine, ça me met en confiance.

J’aurais dû songer au fameux dicton « l’habit ne fait pas le moine » ou que « les apparences sont parfois trompeuses ». Quand j’entre dans la salle, j’aperçois la deuxième personne qui fait partie de mon jury, elle a l’air aussi flippée que moi, c’est peut être sa première XP en tant que jury?

Je suis tombée sur le premier dossier. Un peu déçue de ne pas être interrogée sur mon projet que j’ai investi de façon plus longue, et aussi plus récente 🙂

Quand je suis sortie de cet oral, j’étais dépitée. Mes copines de promo ne me croyaient pas, disaient que j’exagérais sous le coup de l’émotion… Mais très franchement, cet oral est censé montrer quel futur professionnel nous allons être, quelles sont les valeurs qui nous animent, comment elles ont évolué au gré de notre formation et de nos expériences… J’ai vraiment eu l’impression que le jury s’en fichait et ne me posait que des questions de théorie pure et dure (et j’avoue que je n’avais pas révisé comme une tarée, je connais la base quoi). Le jury? Il est composé d »un formateur (pas celui de notre école évidemment) et d’un EJE pro. J’ai eu deux femmes, la pro était très discrète et avait du mal à trouver sa place pour me poser des questions, face à cette formatrice qui me bombardait. Elle posait des questions incompréhensibles, j’ai fait reformuler plusieurs fois, mais à chaque reformulation, j’avais l’impression d’une question complètement différente, et ne savait plus à laquelle je devais répondre du coup. Je ne me suis pas laissé déstabiliser, mais j’ai bien vu que même la professionnelle semblait ne pas comprendre, ou ne pas savoir répondre aux questions posées par la formatrice. (bon, les questions étaient posées à moi hein, elle, elle s’en fout, elle a déjà le diplôme!)

Ce qui m’a rassurée, c’est que les deux filles ayant eu le même jury que moi sont ressorties en pleurs, et les autres ont bien saisi que je ne fabulais pas, mais que mon jury, c’était pas de la marmelade! En effet, la plupart des étudiants sortaient agréablement surpris par la bienveillance des autres jurys.

J’avoue être assez fière d’avoir géré mon émotivité, enfin je crois qu’on peut surtout remercier Gelsenium et Les Fleurs de Bach sur ce coup là, mais n’empêche que…j’ai pas pleuré!

Deuxième oral:

Franchement, j’ai crû que j’allais m’évanouir de stress avant de rentrer. Cet oral était celui de la soutenance de mémoire. Vu comme c’était passé le premier, je n’y allais pas du tout rassurée. Et en même temps, je relativisais en pensant au fait que l’on ne peut pas avoir deux fois le même jury, du coup je n’allais pas retomber sur la même formatrice. Ouf! J’ai révisé la théorie jusqu’à 1h15 du matin, oui je sais c’est débile, mais de toute façon je n’arrivais pas à dormir. Et bien, tiens-toi bien: je n’ai eu AUCUNE question de théorie, alors que sur le mémoire, y’en a pas mal quand même! Dans mon cas, c’était surtout autour de la théorie de l’attachement, la séparation, la pédagogie d’Emmi Pikler… car j’ai construit mon mémoire sur la place de l’adulte référent, je ne sais pas si ça parle à certains parents dont les enfants sont en crèche?

IMG_3311

Ma question centrale était En quoi l’adulte référent au sein d’une équipe contribue-t-il à l’accueil et l’accompagnement du jeune enfant et de sa famille en EAJE? (EAJE = Etablissement d’Accueil du Jeune Enfant, jargon pour désigner entre autres les crèches dont le terme n’existe plus officiellement)

Le jury était cette fois ci composé d’un homme, un intervenant dans un autre centre de formation que le mien, et d’une femme, professionnelle EJE. J’ai trouvé bien qu’ils viennent « en couple » chercher les candidats au lieu de venir seul et que l’autre attende dans la salle. Vu mon expérience de la veille, je n’ai pas voulu m’enthousiasmer trop vite pour autant.

J’ai fait ma présentation, en ayant l’impression de profondément les ennuyer. C’est vrai que j’ai choisi un thème qui ne sort pas de l’ordinaire, et qu’ils avaient déjà fait passer trois oraux le matin même. J’ai prié dans ma tête pour que la fille de ma promo ayant fait son mémoire sur la question du genre ne soit pas passé avec eux, parce que son mémoire est vraiment chouette! Peut être n’était-ce qu’une impression? Ou bien une consigne de ne rien montrer à ce moment là, car d’autres étudiantes avec d’autres jurys ont eu la même impression pendant leur présentation.

Bref, contrairement au premier oral, l’entretien a été un réel échange, je n’ai pas eu le sentiment d’un question-réponse aussi fort que la première fois.

Affaire à suivre… Demain, je te parle de mes écrits, dont l’un que j’ai complètement foiré et qui risque de me faire louper le diplôme, j’en suis malade…

#teasing!

mes p’tits bonheurs de la semaine #10

12 Mai

Une semaine riche en petits bonheurs!

– j’ai rendu mon mémoire, enfiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiin!!!

j’ai découvert pour la première fois une chouette pâtisserie derrière mon centre de formation, et elle déchire. Quel dommage que je ne la découvre que maintenant alors qu’il ne me reste qu’une semaine de cours, et que j’ai passé 3 ans dans cette école!! (ou peut être que c’est mieux, en fait. Je serais supra pauvre et obèse!)

– j’ai acheté une belle tarte à la praline chez ce fameux pâtissier pour les 30 ans de Chéri (eh oui!) qui a adoré, je suis ravie. Et même qu’il m’a « complimentée »: « Autant tu ne sais pas associer les aliments pour cuisiner, autant tu as vraiment bon goût en matière de pâtisserie ». Si, si, c’est un compliment 😉

2013-05-07 21.06.29

– ma Teuf-teuf a eu le droit à des essuies-glace tout neufs, et un lavage au rouleau + karsher, the first time depuis 5 ans!! La faute aux oiseaux qui ont copieusement oeuvré sur le toit et même la poignée de la portière (beurk) alors que j’ai laissé ma tuture seulement deux jours sans bouger..certes, sous un arbre!

on ne voit pas bien, mais en vrai c'était supra épais :/

on ne voit pas bien, mais en vrai c’était supra épais :/

– notre copine LN et sa petite K. sont venues du Far Ouest passer quelques jours chez nous, comme l’année dernière pour ce weekend prolongé. Cette année, notre pote Ktorvi n’était pas là, vaquant à d’autres projets, et elles sont donc venues accompagnées du nouveau boyfriend de LN. Au programme, soirées arrosées enfumées et tardives à refaire le monde, mais aussi un peu de sport avec une rando épique dans le Vercors, si j’ai le temps je vous raconterai ^^, un ravitaillement en bière artisanale locale, une matinée au marché valentinois, une promenade dans un des plus beaux villages de France… Bref, c’était bien sympa ces p’tites retrouvailles!!

– on a refait des pizzas maison, atelier culinaire que Chéri refusait jusque là de (re)faire depuis que nous habitons dans la Drôme soit un an et demi, arguant que c’est beaucoup de boulot (c’est clair) et que c’est du gâchis de les manger au micro ondes quand on se déplace; mais là, on avait un big reste de sauce tomate (maison!), on était obligés!

2013-05-12 14.04.37

Retrouve les autres bonheurs chez Maman Bavarde!

mes p’tits bonheurs de la semaine #7

10 Mar

passer toute la semaine dans le groupe des bébés ou au bureau pour l’administratif. (d’habitude je partage ma semaine entre les « grands » et les bébés). Travailler avec les bébés, c’est moins de fatigue nerveuse (j’vous dis pas les grands, c’est usant de négocier à longueur de journée dans cette période d’opposition où même les plus « gentils », nous ne les reconnaissons plus en ce moment). C’est plus de fatigue physique, attention au dos!!, il faut adopter des positions ergonomiques!! C’est aussi retrouver les gazouillis, les areuh, les premiers quatre-pattes, les premiers pas, les premières « conversations »! J’adoooooore 🙂 Comme je suis restée toute la semaine dans ce groupe là, j’ai pu faire le suivi de la plus petite de la crèche, à peine 4 mois mais un gabarit de souricette de 2 mois, c’est trognon! (oui, je suis en mode gaga, mais professionnelle rassurez vous!)

distribuer les questionnaires aux parents pour mon recueil de données pour mon mémoire. Etre ravie que certains soient d’emblée très contents de pouvoir m’aider « on sait ce que c’est, on est passés par là! » même si d’autres au contraire me répondent avec une mine gênée, genre je vais pas remplir votre questionnaire car je m’en fous/je n’aurai pas le temps/je l’aurai perdu avant de l’avoir rempli/ça a l’air long/compliqué… mais le prennent poliment quand même.

échanger avec des parents sur mon stage, et les voir étonnés et déçus qu’il ne me reste plus que 2 semaines et demi sur ces 28 semaines passées auprès d’eux, étalées sur 10 mois… « on pensait vous garder avec nous jusqu’à la fin de l’année! »

suivre la première séance de la formation de secourisme (PSC1). J’avais déjà l’AFPS, mais c’était il y a 12 ans… (hum hum…) Cela faisait un moment que je voulais me « recycler », mais étant atteinte d’une procrastinatite aigüe, je le repoussais sans cesse… Et puis, forcée de constater que je me rapproche dangereusement du monde du travail « pour de vrai », bientôt ce sera fini le statut de stagiaire! Alors je me suis prise en main, et j’avoue que le premier emploi auquel j’ai postulé exige un diplôme de secourisme de moins de 5 ans (et je trouve cela bien normal!) alors cela m’a boostée à le faire au plus vite!

prendre la parole en réunion sans bégayer. ça peut paraître évidant à ce stade de ma formation, mais c’est un détail important pour moi. Je suis assez à l’aise avec l’équipe mais c’est vrai que je crains encore la directrice, et aussi le regard de l’EJE, ma référente de stage, qui scrute mais dit rarement ce qu’elle pense et c’est dérangeant (et je lui en ai fait part, mais bon c’est comme ça depuis 9 mois… j’ai fini par m’y habituer mais je trouve quand même cela désagréable)

sourire de l’attitude de la directrice extrêmement bienveillante depuis que je lui ai parlé de mon entretien à venir. Elle se prend un peu pour ma coach, mais au fond ça me sert alors j’en profite hein! Vendredi matin, elle m’a félicité pour ma prise de parole en réunion jeudi soir (j’ai participé avec elle à l’animation de la réunion) mais m’a dit: « pour ton entretien, ne met pas de décolleté, le stress te fait apparaitre plein de plaques rouges sur le torse!!! » Bon le décolleté c’était un col bateau donc rien de choking ^^ mais en gros elle me conseille d’y aller avec un haut qui monte haut (c’est le cas de le dire). C’est intéressant qu’elle m’ait signalé ça, car j’ai toujours pensé que je piquais un fard avec le stress, car une grosse bouffée de chaleur aux joues et à la tête et je pensais devenir rouge comme une tomate. Elle m’a dit que non, enfin normal quoi, que c’était vraiment des plaques sur le bas du cou (ou haut du torse, comme tu veux!)

aller voir un chouette spectacle: la soeur de Chéri a offert à Noël, aux femmes de la famille, des places pour découvrir le groupe zOrozora: 3 jeunes originaires de Montpellier: une clarinettiste, un violoniste et un guitariste. Ils se définissent comme des musiciens classiques, pour un « concert pas classique », titre de leur dernier spectacle. 3 jeunes qui jouent superbement bien, et qui ne se prennent pas au sérieux. C’était à mi-chemin entre le théâtre et un concert de musique, bref une belle soirée entre filles!

zorozorajpg-6474-824a7

Et toi, tes p’tits bonheurs de la semaine?

Retrouve les autres p’tits bonheurs de la semaine chez Maman Bavarde

ptits-bonheurs-logo3