Tag Archives: enfants

Dessiner au sol [défi du jeudi]

5 Juin

Pour ce nouveau défi du jeudi, j’aurais aimé vous montrer la marmaille à la crèche. Mercredi dernier, j’ai sorti une graaaaaande feuille de papier kraft que j’ai déroulé au sol, et une boîte de crayons gras. Les enfants se sont éclatés, ils étaient vraiment rigolos assis sur la feuille, ou à genoux, allongés sur le ventre… J’ai été agréablement surprise qu’aucun n’ait été tenté de dessiner sur le sol, mais finalement la grande largeur du support ne les a pas incités à écrire ailleurs. Les couleurs vives ressortent assez bien sur la feuille et cela fait une jolie fresque sur le mur.

La photo est minable donc je ne la poste pas ici, mais ça fait une autre idée de proposition pour dessiner avec des tout-petits (en dehors du plan vertical tel que le chevalet, ou du dessin sur table). Cela permet aux plus jeunes d’investir aussi ce temps, sans la contrainte de devoir rester assis à un âge où le développement moteur est en pleine explosion. Evidemment, il est important de rester très vigilant puisque les bébés qui se déplacent sont intrigués par les traces laissées par les plus grands sur le papier, mais aussi par les crayons en tant qu’objet! Et donc qui dit bébé, dit découverte du monde par la bouche, et risque potentiel d’ingestion! Donc attention de l’adulte ++ mais activité pas impossible pour autant! Et chez toi, à quel âge commencent les bébés à dessiner?

05-06-14-Ddj-dessin

Retrouve les autres participations au défi du jeudi chez Macyma et Sysy in the city.

L’angoisse de perdre son enfant

8 Déc

Ce titre renvoie selon moi à différentes angoisses.

L’angoisse de perdre son enfant, celui que l’on ne connaît pas encore mais que l’on porte en soi. C’est le cas de ma cop’s Clarinette qui, après une fausse couche cet été, est terriblement angoissée depuis qu’elle est à nouveau enceinte.

L’angoisse de perdre son enfant, ce peut être également l’égarer/ l’oublier dans un lieu public et vivre les heures/ minutes les plus longues qui soient avant de le retrouver. Je me souviens de la détresse de Mam’ lorsqu’on avait perdu Frérot n°1 en vacances, près d’un canal. J’avais 8 ans et demi et lui 6. Le plus dur pour moi n’était pas de l’avoir perdu (car j’étais certaine qu’on le retrouverait) mais de voir ma maman pleurer comme ça. On avait retrouvé mon frérot trois heures plus tard, sain et sauf.

L’angoisse de perdre son enfant, à cause de la maladie qui nous tombe dessus telle un fléau, ou d’un accident qui lui ôterait la vie, ou du moins son âme.

J’en oublie certainement, mais avant-hier soir j’ai été touchée par une maman de la halte-garderie où je travaille les vendredi après-midi. Cette maman est venue en catastrophe à 19h00 (alors que la structure ferme à 17h30…) J’étais à deux doigts d’appeler la police. Elle était très émue et murmurait en boucle à sa fille « j’ai eu peur de te perdre ». J’imagine qu’elle parlait peut-être d’en perdre la garde? Le papa (qui n’a pas reconnu l’enfant, n’a pas de téléphone et ne vit pas avec la maman) s’est rendu compte une heure après la fermeture de la halte-garderie qu’il avait oublié sa fille. Il a alors prévenu la maman qui était au travail (et qui ne répondait pas à mes appels ne connaissant pas le numéro…)

Photo de Cécile Debise Dossier "une journée à la crèche" http://www.journaldesfemmes.com/

Photo de Cécile Debise
Dossier « une journée à la crèche »
http://www.journaldesfemmes.com/

La maman était terrifiée à l’idée que son enfant soit placée, et je me suis félicité d’avoir attendu avant d’appeler la police (mes collègues de la crèche qui ferme à 19h00 m’incitaient à le faire bien avant. J’ai donc simplement changé de structure avec la petite sous le bras, en laissant un mot sur la porte de la halte-garderie, afin de ne pas attendre seule avec l’enfant).

Alors aujourd’hui, je pense à cette maman qui doit serrer très fort sa petite dans ses bras, après avoir eu peur de la perdre vendredi…

Et toi, dans quel(s) cas as-tu eu peur de perdre ton enfant?

la 28ème bougie [part 1]

8 Déc

Fin novembre, j’ai soufflé ma 28ème bougie.

D’abord à la crèche où je travaille, ce fut l’occasion de proposer un atelier cuisine aux plus grands, ravis de participer à la confection du gâteau, puis de m’aider à souffler les bougies et d’agrémenter le gâteau de postillons. Le gâteau n’avait rien d’exceptionnel gustativement parlant car on n’a qu’un micro-ondes, mais c’est un beau souvenir de l’avoir préparé avec les enfants.

Puis le soir, sur la pâtisserie offerte par Chéri. Il sait que j’aime bien les mousses de fruit, donc il m’a pris un gros framboisier. On a été un peu déçus, mais pour autant aucune miette n’a résisté à notre palais!

2013-11-26 21.06.17

Puis, le weekend dernier, d’abord chez mes parents. J’ai soufflé ma bougie le samedi midi sur une mandarine, parce que Papa avait oublié de récupérer la pâtisserie commandée en rentrant du boulot. (on l’a donc mangée le dimanche soir, avant de prendre la route pour rentrer chez nous).

Et le dimanche midi, on fêtait mon anniversaire et celui de Beau-Papa qui est aussi du mois de novembre. J’avais fait la lourdingue en faisant comprendre il y a quelques semaines que j’adorerais souffler nos bougies sur la bûche made by Belle-Maman, surtout que l’on était le 1er décembre (et c’est un principe, la bûche, ce n’est qu’en décembre chez eux!) Cependant, Belle-Maman trouvait que c’était trop tôt pour la bûche alors je m’attendais à avoir une pâtisserie commandée chez le commerçant du coin (talentueux, mais qui ne rivalise pas avec la bûche de Belle-Maman!) Et finalement, BM m’a dit en riant: « ok, je te fais la recette de la bûche, mais comme ce n’est pas encore Noël, elle sera carrée ». Au final, le goût était presque le même qu’en roulé, j’étais ravie!

Et pour toi, c’est important le gâteau d’anniversaire? Et de souffler ses bougies?Tu as un gâteau fétiche?

habiller bébé pour se protéger du froid [samedi mode]

19 Oct

Aujourd’hui, à l’heure où tu liras ce billet, notre Pimprenelle de nièce sera baptisée, à bientôt 15 mois.

Je pensais lui faire une petite sélection de littérature de jeunesse. Les parents en empruntent souvent à la bibliothèque mais au final, elle en a très peu chez elle. Et puis Tonton Béberto, le jeune frère de Chéri (et de la maman de Pimprenelle) m’a fait part du souhait des parents que nous offrions à plusieurs une combi-pilote et accessoires pour vaincre le froid. Je suis très déçue que ma belle-soeur n’ait pas osé m’en parler directement, mais soit, je m’y plie sinon c’est le truc à faire des histoires de famille…

Tonton Béberto était déçu aussi, mais parce qu’il se voyait déjà arpenter les rayons de playmobil pour choisir un jouet pour sa nièce (et avoir les yeux qui papillonnent même à 21 ans!) Au final, en se mettant à 2 couples, on peut offrir une bricole chacun en plus (et je l’ai orienté plutôt vers les duplo, parce que les playmobil, à 15 mois… Et ne me parle pas des 1-2-3!) (lui se voyait lui acheter le bateau pirate!!!) (plus pour se faire plaisir à lui même je crois)

Bref. En plus de « commander » le cadeau à offrir, les parents de Pimprenelle ont émis des conditions: il faut que la doudoune ait des jambes car Pimprenelle fait beaucoup de trajets en poussette avec sa nounou (comprendre donc « combi-pilote »), des pieds amovibles parce que Pimprenelle marche maintenant, un coloris mixte (si jamais elle a un petit frère), et des gants. Et s’il n’y a pas les moufles intégrées à la combi, ben on n’a qu’à offrir le bonnet et l’écharpe avec, mais bon attention que ça aille bien avec.

A vos ordres chef! Maintenant je sais pourquoi ma belle-soeur ne m’a pas dit directement le cadeau qu’elle souhaitait. Si elle m’avait parlé comme ça, je le lui aurais bien fait remarquer 🙂

Quoi qu’il en soit, l’heure n’est pas aux querelles, et je me suis donc mise en quête de la fameuse combi-pilote.

Sur un coup de tête, un jour en rentrant du boulot, j’ai fait toutes les enseignes pour petits de Valence ou presque. J’ai trouvé de très jolies combi, mais dans le genre très sexué, pas vraiment mixte. Ou moches. Ou pas en 18 mois. J’ai fini par acheter celle-ci en était moyennement emballée:

Combi-pilote-doublee-polaire-garcon

Obaïbi – 39,95 euros

Je la trouve moins bien ajustée que d’autres, mais trop de critères tuent le critère, et surtout le temps pressait car je n’ai eu connaissance de ce souhait de cadeau que 2 semaines avant le baptême!! (ma BS pense que j’ai du temps à revendre parce que je n’ai pas d’enfant…) J’ai aussi acheté une écharpe + moufles assorties (et qui fasse mixte):

Echarpe rayée doublée polaire Obaïbi - 9,95 euros

Echarpe rayée doublée polaire
Obaïbi – 9,95 euros

Moufles rayées doublées  Obaïbi - 7,95 euros

Moufles rayées doublées
Obaïbi – 7,95 euros

J’aurais bien pris le bonnet assorti, mais il n’était pas assez couvrant selon moi, j’ai donc choisi celui-ci:

Bonnet péruvien brodé Obaïbi -9,95 euros

Bonnet péruvien brodé
Obaïbi -9,95 euros

Alors certes ça féminise un peu cette grise combinaison, mais au final ça n’allait pas ensemble je trouvais. Arrivée à la maison, j’ai dit à Chéri: « j’ai trouvé la combinaison pour Pimprenelle, mais elle me plaît pas, mais c’est pas grave j’ai un mois pour la rendre ». Chéri était évidemment agacé de me voir acheter qqchose pour décréter en arrivant que ça n’allait pas.

 Entre temps, Tonton Béberto se réveille et me dit que ma belle-soeur a parlé de la marque Cadet Rousselle aux galeries Lafayette qu’elle affectionne. En deux clics, hop hop hop c’est commandé, je choisis celle-ci:

Combinaison pilote étoiles et lapin Cadet Rousselle, 39,99 euros

Combinaison pilote étoiles et lapin Cadet Rousselle,
39,99 euros

Qualité merdissimale de la photo, j’en conviens, mais Google est ton ami si tu veux la voir plus en détail…

Pour l’efficacité du colissimo, on repassera. J’ai commandé dimanche et je l’ai reçu vendredi, mais n’étant pas chez moi, à donc aller chercher en catastrophe ce matin à la poste. Sachant qu’elle ouvre à 9h, que nous avons rdv à 11h15 à l’église, et qu’il y a 2h20 de route… Ahem…

Et si tu as bien suivi… Il fallait que les pieds soient détachables… Et ça, j’ai tilté que avant-hier que ce n’était pas précisé pour celle-ci… On croise fort les doigts, et au cas où, j’ai celle d’Obaïbi sous le coude… Et ma foi, ils choisiront hein, j’ai décidé d’arrêter de me prendre la tête parce que je sais que de toute façon, y’aura toujours qqchose qui n’ira pas…

Les moufles étant incluses, j’ai décrété qu’il me faudrait simplement trouver l’ensemble bonnet-écharpe… Et puis je me suis rappelée des capuchons de Zoli, une marque française que j’avais découvert pour ses manteaux de portage mais qui propose pas mal d’autres choses que je te laisse découvrir en cliquant sur le lien…

Le capuchon, donc… ZOLI a créé des capuchons qui protègent efficacement les endroits exposés au froid : oreilles, gorge, poitrine, nuque et dos. Un système de réglage discret permet d’adapter le capuchon aux plus petits. Et la petite nouveauté, c’est que le papillon a une face réfléchissante pour sécuriser les déplacements !

Avec les 4x 20 minutes de trajets en poussette que fait ma Pimprenelle par jour avec sa nounou pour emmener et aller chercher les grands à l’école, je me suis dit que c’était la protection idéale contre le froid.

J’ai choisi ce coloris pour aller avec le gris et je suis hyper contente du résultat, il est encore plus beau en vrai, tout doux… Je veux le même pour mes trajets quotidiens à vélo!!!

Capuchon bébé, coloris "grenadine à l'eau", Zoli - 27 euros

Capuchon bébé, coloris « grenadine à l’eau »,
Zoli – 27 euros

(le papillon n’est pas brodé mais pend au bout de la « ficelle ». Pour mon geek de Chéri, ça fait penser à Zelda (ou Link je ne sais plus)

Bref, verdict tout à l’heure, pour voir si ça plaît autant aux parents qu’à moi 😀

Et toi, tu en penses quoi du combi-pilote pour un enfant de 15 mois?

Tu connais la marque Zoli?

Retrouve les autres participations au samedi mode chez Lucky Sophie

Edit: la maman de Pimprenelle a choisir la combi d’Obaïbi. J’ai plus qu’à renvoyer l’autre! Et les parents ont été très contents du capuchon, et ont dit que le cadeau me ressemblait bien 😀

Petites festivités [mardi tout doux #17]

25 Juin

Vendredi, j’ai pu retourner dans la crèche où j’ai effectué mon stage de fin de formation d’EJE (étalé sur 10 mois et terminé début avril). Que j’étais heureuse de retrouver  les p’tits bouts!

L’équipe ne leur avait pas dit, du coup quand je suis arrivée à 11h30 pour les rejoindre au moment du repas, j’ai senti un petit moment de flottement.

Des sourires malicieux mais distants ou timides. Des petites têtes dont le regard bloquent sur moi et semblent dire « mais..tiens, je la connais celle là! comment elle s’appelle déjà? » Il faut dire que c’est un peu le défilé de stagiaires dans la strucure.. Et le petit Noé a décrit d’un ton tout calme: « oh! Anna est revenue! » Gabriel, fixant ma guitare, se met à entonner « A Ram Sam Sam….!!! » et éclate de rire.

Ouf! même les « moyens » (entre 1 et 2 ans) m’ont reconnu, et après les cinq minutes de retrouvailles, me parlent comme si j’étais partie la veille.

Ce jour là, c’était pique-nique party, les enfants avaient préparé avec mes collègues des brochettes salées et des brochettes de fruits, dans le cadre de la semaine de la Fraîch’attitude comme en parle Cubes et Petits Pois ici. Evidemment, le thème a été en vogue toute la semaine à la crèche mais je n’ai donc pas vu les autres ateliers.

On a passé un moment très sympa dehors, car c’était la fête de la musique donc j’accompagnais quelques comptines à la guitare et chantait à deux voix avec une collègue, en toute modestie c’était sublime 🙂 On a poursuivi dans le dortoir pour l’endormissement des grands avec des berceuses, je crois qu’ils ont bien aimé ce moment.

J’ai passé la fin d’après-midi dans la section des petits-moyens car l’EJE s’y trouvait. Elle était ma référente de stage et nous avons échangé sur mes épreuves du diplôme (je t’en parle demain), sur ma recherche d’emploi, mes entretiens…

Bref, toute la Maison de l’Enfance m’a accueillie à bras ouverts, et j’en étais très heureuse. J’ai bien glissé à ma référente qu’elle pouvait se lançait quand elle voulait pour le p’tit troisième, j’adorerais pouvoir faire un remplacement dans cette structure. 😉 Elle a ri mais avec sa maison en construction, ce n’est pas prévu à court terme…!

Ces petites festivités-retrouvailles, c’était ma douceur de la semaine dernière!

Image-1-copie-20.png

Retrouve d’autres douceurs chez Maman@home!

1, 2, 3 qui est là?

4 Fév

J’avais découvert cet album écrit par Sabine De Greef (Editions Pastel) l’année de mon remplacement en maternelle, où nous avions travaillé toute une période sur le loup:

123qui_est_la

Les trois petits cochons rentrent dans une maison et essaient de découvrir chez qui ils sont rentrés. Au fil des pages, des petits détails (rabats à soulever) les mènent peu à peu vers l’occupant… Grrrrr!!! Devinez de qui s’agit il?

Indice: il a « un nez si noir, une langue si rouge, des dents si…pointues! Mais… mais oui, c’est bien lui… »

Cette histoire plait énormément aussi aux « grands » de la crèche! (Attention cependant si vous avez un froussard dans le lot, une des pages est un peu effrayante pour les tout-petits!)

J’aime beaucoup les graphismes façon « peinture », les petits détails à soulever… et la 4ème de couverture pour fermer la porte au nez du loup!

Succès garanti! J’aime les observer du coin de l’oeil en train de feuilleter soigneusement mon album sur le tapis, et se raconter l’histoire dans leur propre charabia!

Retrouve les autres participations au lundi parmi tant d’autres chez Zaza.

Ce Lundi 4 Février (114) : « Parlons albums pour enfant : celui qui a bercé votre enfance ou celle de vos enfants, celui pour lequel vous avez craqué récemment, partageons nos coups de coeur littéraires pour nos chères têtes blondes »

c’est reparti mon kiki!!

27 Août

Aujourd’hui était placé sous le signe de la reprise pour Chéri et moi. L’idée nous était un peu difficile de rattaquer après 2 semaines de farniente, entre nos vacances dans le Médoc et nos journées passées chez parents et beaux-p’.

Finalement, ça n’a pas été si difficile. Je reprenais mon stage à la crèche ce matin. C’est marrant de vivre une rentrée avec l’équipe.

Réunion pour bien se remettre dans le bain. Gourmandises avec toutes les bonnes choses à partager pour le repas de midi, dans l’herbe à côté de la crèche… Moi j’avais amené des crudités à « tremper » dans une sauce fromage blanc/ ciboulette, mais les autres ont été moins dièt’ que moi et on s’est goinfrées de bonnes choses. Une chouette entrée en matière, entre adultes! Et puis il y a eu les retrouvailles l’après- midi avec un petit nombre d’enfants déjà présents l’année dernière, dont certains changeaient de section et passaient chez « les grands' ». Enfin, nous avons fait la connaissance de 3 bébés de manière échelonnée, qui faisaient leur première adaptation à la crèche. Dont un qui a tout juste deux mois et demi. Mon Dieu que c’est petit!! ça n’avait pas l’air dur pour le papa de le confier (même si je sais que ce n’est probablement qu’une apparence) et je me suis dit que le jour où je serai maman, ça sera pour moi terrible de confier mon enfant et de travailler à garder ceux des autres…

J’ai donc 3 semaines de stage avant de reprendre 2 semaines de formation, et là, VRAIMENT, ça ne m’enchante guère… 😦

Le « nique- pique », cet instant qui a marqué ma semaine #5

21 Juil

Plus qu’une semaine avant les vacances d’été. Pour beaucoup d’enfants, c’est déjà les vacances ce weekend et on ne les reverra pas à la crèche la semaine prochaine. Dans le groupe des grands, on a donc décidé qu’on ferait un pique- nique ce jeudi, à l’ombre des grands arbres. Et ça s’est transformé en « nique- pique » pour certains, allez savoir, c’est peut être plus facile à dire comme ça?

C’était super sympa, les enfants mangeaient très calmement, chacun profitant de ces instants de douceur, les derniers tous ensemble avant d’aller à l’école à la rentrée.

Goûter les chips des copains, pour voir si elles ont un goût différent. Tenter de boire au gobelet, et vider le contenu sur ses genoux/ sur la couverture/ dans son taboulé (au choix!). Essayer d’être habile pour que le contenu de la fourchette arrive presque entier dans la bouche (pas facile de manger sans table quand on a 2 ans et demi!). Le balancer aux fourmis si par malheur c’est tombé par terre. Attendre désespérément les fourmis qui ne viennent pas (« elles sont peut être trop grosses mes pâtes? » « La fourmi, je crois qu’elle aime pas les chips! » « la fourmi, elle a doublé le N’escargot pour pas qu’il mange la tomate!)

Non mais j’te rassure, tout n’a quand même pas fini par terre!

Quand chacun avait fini de manger, que les victuailles étaient rangées, on a profité de ces moments tous ensemble dans l’herbe, avant la sieste. J’aurais bien aimé les faire dormir là, certains enfants étaient partants voire même demandeurs, mais les collègues ont pensé que le sommeil ne serait pas de qualité. Ce qui aurait probablement été vrai pour la plupart…

Avant d’aller « au dodo », on s’est roulé dans l’herbe, couru après, balancé:

Baaaaaaaaaaa- teau! Suuuuuuuuur l’eau! […] Le bateau a chaviré, et les enfants sont tombés dans l’eau!

Le tout pieds-nus, pour des sensations parfois inédites pour certains! Le risque, c’est de te faire piquer tes tongs ❤ !

crousti-choupi-fondant comme dirait Working Mama!

Ceci est ma participation au RDV proposé par Virginie B.!

petit plaisir à bon marché

3 Juil

Cette semaine, je suis en stage à la crèche en horaires du soir… Je peux ainsi me lever tranquillement. J’émerge vers 8h30 avant que Chéri ne parte au boulot.

Et surtout, je profite d’avoir le temps pour préparer un petit déj’ de compèt’: une collection de tartines beurre-confitures, et avoir le plaisir de les tremper dans un bol de cacao. Je me paye même le luxe de boire un verre d’orange! (D’habitude c’est trop la course tu vois!)

Et une autre douceur qui n’a rien à voir avec mon petit déjeuner pour ce mardi tout doux: je suis revenue à la crèche après une « pause » formation d’une semaine. Et c’est trop émouvant de voir la petite C. qui marche toute seule, ça y est! Et le petit W. dont les gestes s’affinent pour enfourner sa cuillère dans la bouche et en mettre un peu moins à côté! La petite P. qui est devenue grande soeur!!

C’est doux aussi d’avoir enfin le « droit » de donner à manger aux bébés (ma référente a souhaité que je reste un max’ dans l’observation le premiers mois qui m’a paru très long je l’avoue). Savourer ces instants de tête à tête, de calme, d’échanges individuels..au milieu de la tempête qu’est souvent la collectivité!

cet instant qui a marqué ma semaine #1

10 Juin

Virginie B. propose cette semaine un nouveau RDV, chaque samedi: « cet instant qui a marqué ma semaine ».

Eh bien pour moi c’était jeudi. Cela fait deux semaines que j’ai entamé le dernier stage de ma formation d’EJE (ndlr: éducatrice de jeunes enfants), qui durera jusqu’en avril 2013!! C’est donc le plus long aussi, au cours duquel j’aurai plusieurs travaux à rendre dont le mémoire ou encore un projet à mener dans la structure… Bref, le stage le plus important!

Jeudi, c’était la visite de l’école publique, pour le groupe des grands, avec les onze enfants concernés par cette future école qu’ils rejoindront en septembre. Quelques parents inquiets/impressionnés/impatients/fiers…nous accompagnaient.

Si tu débarques sur ce blog, tu ne sais donc pas qu’avant d’entamer ma formation pour devenir EJE, j’ai préparé plusieurs fois le concours pour devenir professeur des écoles, et j’ai même eu la chance d’enseigner une année en petite et moyenne section comme remplaçante.

Tout un tas de choses a joué dans le fait que j’ai abandonné ce rêve construit depuis l’enfance pour me consacrer à un autre métier de la petite enfance. Très souvent, je me persuade que j’ai fait le bon choix, que je n’ai aucun regret…

Et jeudi, pourtant, en accompagnant les enfants et en passant la matinée dans les deux classes de petite section, j’ai dû me l’avouer, je suis nostalgique de cette année scolaire 2009/2010. Bien sûr, tout n’est pas tout beau tout rose, (ni aussi facile et pas fatiguant que veulent bien le dire quelques mauvaises langues) dans le métier d’instit’. Il n’empêche… J’aime l’odeur de la classe, observer les casiers personnalisés, les piles de cahiers, la disposition des bureaux, les affichages du tableau et du coin regroupement, les petits porte manteaux…Les petites spécificités de chaque classe personnalisée par l’enseignant…

mosaïque de Jack Koch

J’ai aimé observer les enfants de la crèche découvrir ce nouvel environnement, s’extasier devant la dînette beaucoup plus fournie et réaliste que la leur, se rassurer parce qu’il y a aussi des petites voitures à l’école, des feutres de grands pour faire des dessins, y’a même de la « patate à modeler » de différentes couleurs! Mais aussi s’inquiéter de voir autant de nouvelles têtes, chercher les adultes référents du regard pour se rassurer, scruter les maîtresses de la tête aux pieds…

La matinée était organisée de manière à ce que les tout-petits puissent vadrouiller entre les deux classes, puis pendant la récréation des petites sections les enfants de la crèche étaient avec les maîtresses et autres adultes dans la salle de psychomotricité où un petit parcours était installé. Ensuite, un petit temps lecture/chants en deux groupes dans les classes, enfin un goûter partagé dehors tous ensemble et l’investissement de l’immense cour de récréation! Autant te dire que les petits étaient cuits, cuits, et re-cuits et qu’ils ont super bien dormi à la crèche 😉

Une chouette matinée 🙂