Tag Archives: emploi

Madame la directrice

3 Fév

Aujourd’hui, c’était le premier jour du reste de ma vie sur mon nouveau poste: responsable d’un multi-accueil municipal de 25 places!

Mazette! J’ai encore du mal à y croire. (pour rappel, je ne suis diplômée EJE que depuis 2013) (même si j’ai eu d’autres expériences avant)

Je connais enfin toute l’équipe, j’ai pu rencontrer celle que je n’avais pas croisé lors de la soirée petite enfance organisée en janvier pour faire rencontrer tout le personnel petite enfance de la ville (Celui des deux équipements existants avec toutes celles qui ont été recrutées.) (ndlr: 2 structures existent déjà sur la commune et une troisième va ouvrir en mars, d’où une dizaine de nouvelles recrues et des équipes remixées)

La directrice actuelle qui devait m’accueillir est en arrêt pour la deuxième semaine consécutive, c’était donc un peu la panique au sein des deux équipements acutels pour faire une place à toutes ces nouvelles sans être drivées) mais j’ai été bien accueillie par l’infirmier de la structure (un collègue homme dans la petite enfance, chouette!)

Pas mal de choses m’ont sauté aux yeux durant cette journée d’imprégnation, dont je ne m’étais pas rendue forcément compte en visitant la structure en janvier. Des pratiques et des habitudes qui ne collent pas du tout à mes valeurs ou mon identité professionnelle. Je sais que je vais devoir prendre mon mal en patience, amener les choses progressivement car il n’y a rien de pire pour une équipe que de voir son fonctionnement être révolutionné d’un coup par une nouvelle arrivée.

Ce qui me rassure, c’est que je ne suis pas la seule nouvelle dans l’équipe: une auxiliaire de puériculture a commencé en même temps que moi (et a été visiblement effrayée par les mêmes détails et pratiques…) Deux professionnelles s’en iront en mars dans la troisième structure ouvrant sur la commune. Le fait que l’on soit en surnombre tout le mois de février permettra aux professionnelles de nous passer petit à petit la main, de nous faire connaître progressivement des enfants et des familles, d’apprendre à travailler avec le reste de l’équipe, de nous familiariser avec les supports et moyens de transmissions (il y en a tellement qu’on ne sait pas trop où donner de la tête, où noter telles infos et telles autres…mais ça va venir!)

Vous pouvez donc m’appeler madame la directrice!! 😉

Chouette illustration de Jack Koch www.dangerecole.blogspot.fr

Chouette illustration de Jack Koch
http://www.dangerecole.blogspot.fr

Recherche d’emploi #5

13 Nov

Je t’en parlais avant-hier, j’étais dans l’attente de la réponse pour savoir si j’avais le poste, ou non.

Eh bien faites péter le champagne parce que hip-hip-hip hourra!! Ils ont bien validé ma candidature, et à partir de février je change de poste, de coin géographique, de collègues….

J’ai un peu les boules de ne pas finir l’année avec les familles et les enfants, j’ai l’impression que je viens de commencer! Mais c’est d’abord à mes collègues que je vais devoir annoncer la nouvelle. Et j’en suis mal d’avance, parce que franchement ça se passe vraiment bien pour moi au sein de cette équipe, ainsi qu’avec ma directrice avec qui je forme un chouette binôme d’EJE!

Ce matin, je me sentais d’ailleurs trop mal par rapport à elle, car nous faisions un « bilan » de mon arrivée dans l’équipe, comment je me sentais sur ce nouveau poste, ect… Et je me disais, mon Dieu, je suis en train de lui dire que je me sens super bien au sein de l’équipe, que je suis heureuse de mon poste et la place qui m’est faite au sein de la structure, et si ça se trouve dans quelques jours je devrai lui annoncer mon départ… Ben voilà, pas manqué!

C’est une très bonne nouvelle, mais j’ai du mal à atterrir et j’avoue, à m’en réjouir. Parce que le challenge me fait peur. Parce que j’ai encore plus de deux mois à travailler ici, et donc plein de choses que j’aurai le temps de mettre en place, mais d’autres malheureusement non… Et même si c’est une bonne nouvelle, je n’y croyais pas, cela va impliquer de nombreux changements sur le plan professionnel et personnel, dont je parlerai plus tard, et il faut que je la « digère », la réalise serait plus approprié comme terme.

Les supra bons points, c’est que je serai mieux payée (faut dire que je suis payée à la fronde actuellement donc y’a pas de mal), j’aurai des horaires vraiment sympa (la structure est ouverte entre 8h30 et 17h30 aux familles) même si je me doute que j’aurai pas mal de réunions aussi puisque j’accepte le poste de direction. Je travaillerai encore auprès des enfants puisque je serai à 50% sur le terrain et 50% en administratif, mais je crois que LE changement significatif est le temps de trajet!!! Pour l’instant, je mets au minimum 1h25 aller si pas de retard de train. Mais je dois souvent partir beaucoup plus tôt car les horaires de train ne se goupillent pas toujours sur les miens. Et là, j’ai testé que je mettrai 10 minutes en voiture sans bouchons, donc prévoir plus aux heures de pointe mais rien de comparable avec maintenant!!

emploi

Recherche d’emploi #4

11 Nov

Il y a quelques jours, je partageais mon étonnement, ma joie, mon inquiétude..suite à ce coup de fil après un entretien d’embauche. Pour mémoire, je n’ai pas été retenue pour le poste d’éducatrice « de terrain » auquel je postulais, mais le message laissé indiquait qu’on « voulait [me] proposer un poste de direction dans une autre structure de la ville ».

Suite à cela, j’ai eu la personne des RH au téléphone, et nous avons convenu d’un rendez-vous pour reparler plus amplement de ce poste. J’ai expliqué qu’il ne me serait pas possible de prendre une journée comme lors du premier entretien, mais que je pouvais être présente à 17h trois des jours de la semaine suivante puisque j’étais du matin. La nana des RH a dit qu’elle allait s’arranger avec les autres personnes pour voir si cela était possible. On avait convenu la date du 7 novembre. Entre temps, j’ai eu une collègue en arrêt et ai donc été contrainte de modifier mes horaires plusieurs jours de la semaine dont le 7 novembre, ce qui m’empêchait de me rendre au RDV pris.

J’étais donc dans mes petits souliers quand j’ai appelé les RH de la ville où je postule, mais la responsable a été compréhensive car elle sait que les modifications d’horaires sont monnaie courant en cas de « nécessité de service » comme on le dit dans la fonction publique. J’ai reçu plus tard un mail m’informant que notre rendez-vous était déplacé au lundi 4.

J’y suis allée assez détendue, avec ma petite liste de questions concernant le poste, mais persuadée que le poste était « pour moi » vu comme les choses m’ont été présentées au téléphone. En fait, quand je suis arrivée devant la porte de la salle, il y avait écrit « entretiens petite enfance » et j’ai compris que d’autres personnes passaient des entretiens ce jour là, mais je me suis naïvement dit que ce devaient être des auxiliaires, des personnes ayant le CAP.. ou tout autre professionnel recruté pour la nouvelle structure. Pas des EJE quoi.

Avant moi, il y avait un jeune homme qui m’a adressé un sourire compatissant en sortant de l’entretien et en me disant « bonne chance! » J’ai été appelée quelques minutes après, et ai eu la surprise de passer un autre entretien, sur le même modèle que le premier, sauf que c’était explicitement pour le poste de direction cette fois-ci. J’ai eu le sentiment d’être testée sur tout, c’est normal me direz-vous, ce n’est pas rien de confier la gestion d’un équipement à quelqu’un qu’on ne connaît pas. Le coordinateur petite enfance m’a énoncé plein de mises en situation: « vous êtes directrice, il se passe ça dans votre structure, comment réglez vous cela, comment réagissez vous, blablabla…? » J’ai répondu tant bien que mal, je ne sais pas si je les ai rassuré (ou non!), si ma façon de faire leur convient ect…

À un moment, l’élu petit enfance me coupe dans une phrase. J’étais en train de dire un truc du genre « si j’ai bien compris, vous serez mon supérieur direct » en m’adressant au coordinateur, et là l’élu qui me coupe en disant de façon narquoise « oui, enfin si c’est VOUS qu’on retient! ». Et là, j’ai sorti mon regard noir, et j’ai répondu sèchement: « oui évidemment, mais vous me proposez des mises en situation en tant que directrice, donc je me mets dans la peau de la directrice que vous allez recruter. » Il a répondu d’un air penaud « euh oui c’est vrai! » Et toc!

N’empêche que quand j’y repense, j’ai été quand même bien naïve de penser qu’on me proposait un poste de direction à moi, Bouba. En gros, ils ont juste profité du premier entretien pour repérer des personnes potentiellement intéressantes pour un poste de direction, et les convier à un autre entretien.

Je m’interroge quand même sur le fait que la mairie n’a pas publié l’offre d’emploi sur aucun site, alors que c’est quand même dans leur intérêt d’avoir quelqu’un avec un minimum d’expérience en direction. Et je me dis que j’ai quand même ma chance, car ils ont fixé la date des entretiens en fonction de moi

Bref, on m’a indiqué que j’aurai la réponse autour du 15, donc je devrais être fixée cette semaine

emploi

Recherche d’emploi #3

27 Oct

Si tu suis mon blog, tu sais que j’ai trouvé un CDD d’un an renouvelable comme EJE, mais des conditions pas hyper favorables tant par les locaux que les trajets très longs, et une paie misérable. Mais j’ai une équipe avec qui j’arrive à faire avancer peu à peu les choses, une directrice avec qui je partage la même opinion la plupart du temps, et les quelques fois où ce n’est pas le cas, cela ne nous empêche pas du tout de travailler ensemble.

Le fait que la directrice travaille sur une autre structure m’amène à effectuer pas mal de tâches de continuité de direction, à prendre donc plus de responsabilités et d’initiatives, et donc être assez épanouie car je me sens valorisée.

Actuellement, je ne cherche pas d’autre travail car je me sens bien, on m’a donné ma première chance là-bas, et on me fait confiance.

MAIS lors de ma recherche d’emploi en juillet, j’avais été recontactée par le service RH d’une commune limitrophe de la mienne, où j’avais postulé en mai sachant qu’une structure allait ouvrir. On me demandait si je souhaitais maintenir ma candidature (et donc être convoquée à un entretien en septembre) sachant que le chantier avait pris du retard et la structure ouverte finalement qu’en février 2014.

Et puis, ça m’est sorti de la tête. Et j’ai reçu un courrier début octobre, m’informant d’un entretien le lundi 21 octobre. J’étais sur le point de les appeler, d’annuler…parce que je me sens bien là où je suis, et que Chéri en a marre de son boulot, donc si c’est pour qu’il parte dans quelques mois… Mon entourage, Chéri compris, m’a dit de tenter ma chance malgré tout, parce qu’après tout il y a très peu de points positifs par rapport au négatif sur mon poste actuel.

Ayant déjà pas mal d’heures sup’, j’ai demandé ma journée à ma directrice, prétextant un RDV pris depuis longtemps. Je suis allée à l’entretien les mains dans les poches, en ayant à peine relu quelques infos sur la commune, et même pas la bible des EJE avec toutes les missions de notre métier, à connaitre. Je m’en suis bien mordu les doigts, même si au final j’étais stressée mais moins que pour les premiers entretiens, étant donné que j’ai déjà un poste, j’ai moins le couteau sous la gorge! J’ai également des expériences à raconter, contrairement aux autres entretiens. Et puis, je n’étais plus si sûre de vouloir ce poste.

Parce que je sais ce que je quitte, mais pas ce que je suis susceptible de trouver derrière.

Encore une fois, 5 personnes en face de moi dans le « jury ». Je ne suis plus étonnée, même si c’est toujours un peu impressionnant. Je crois avoir bien regardé tout le monde, répondu parfois à côté de la plaque mais on me faisait repréciser mes réponses dans ce cas là… Ce qui m’a surtout déconcertée, c’est que l’éducatrice présente ne m’ait posé AUCUNE question. La seule qui soit exactement de la même formation que moi (les autres étant élu petite enfance, DGS, coordinateur jeunesse membre des RH). Je n’ai entendu le son de sa voix que lorsqu’elle s’est présenté au début de l’entretien. Elle ne semblait pas en forme, était-elle malade? Très peu de questions sur les enfants du coup, mais surtout sur la gestion des conflits dans l’équipe, la notion de continuité de direction et d’adjointe de direction, ce que je me sentais prête à effectuer comme tâche administrative….

J’étais assez surprise car on me convoquait pour un poste d’EJE de terrain dans la future structure. Et je n’ai eu aucune question sur la mise en place d’un projet ect… alors que le fait de participer à une ouverture de structure n’est pas si courant!

Je suis ressortie assez mécontente de moi car je n’avais pas réussi à faire tourner l’entretien autour de l’enfant. (On m’annonce que j’aurai la réponse sous deux semaines).

Et j’ai compris pourquoi l’entretien avait été orienté de cette façon vendredi, lorsque j’ai reçu un message sur ma boîte vocale, que je n’ai pu écouter que le soir. Il s’agissait d’une des personnes m’ayant fait passer l’entretien, celle qui appartenait au service RH. Elle m’informe que je n’ai pas été retenue pour le poste d’EJE de terrain, en revanche on souhaite me proposer un poste de direction d’une autre structure de la commune de 25 places, déjà existante.

!!!!!!!!!!!!

Je n’en reviens toujours pas!!!!! Moi qui croyais avoir foiré mon entretien, pas montré ce que je souhaitais… Voilà qu’on me propose un poste de direction alors que je suis diplômée depuis seulement 3 mois!!! Des milliers de questions fusent dans ma tête. C’est hyper valorisant pour moi qui manque de confiance en moi. Mais chassez le naturel, il revient au galop. Je me demande alors si j’ai réellement les épaules pour occuper ce poste?

Je démarre ma carrière professionnelle, est-ce judicieux de « basculer » si vite vers un poste de direction? (sachant qu’il faudra de toute façon demander une dérogation à la PMI car les postes de direction ne sont légalement accessibles qu’au bout de 3 ans d’expérience).

C’est idiot mais j’ai aussi l’impression de « trahir » l’équipe et surtout la directrice de ma structure actuelle. De leur faire faux-bond comme ça, alors qu’on commence tout juste à apprendre à travailler ensemble. De créer des liens avec les familles, les enfants..et de partir bientôt comme une « voleuse »!

Je rappelle donc les RH demain pour avoir plus d’infos sur le poste…. Affaire à suivre!!!

emploi

je n’ai plus qu’à me trouver un banc… [défi du jeudi]

12 Sep

Voilà 3 semaines déjà que j’ai commencé ma vie professionnelle en tant qu’EJE (éducatrice de jeunes enfants, ndlr)

Avant l’été, j’avais parlé de ma recherche d’emploi, de ma difficulté de trouver dans la Drôme, de ma contrainte d’élargir considérablement mon secteur de recherches car je ne trouvais que des temps partiels (option que j’aurais peut être envisagée si j’étais maman, mais ce n’est pas le cas!) ou des postes de direction, auxquels je ne peux prétendre puisque je suis tout juste fraîchement diplômée. Il m’est donc nécessaire d’avoir en premier lieu une solide expérience « de terrain », et de toute façon je n’ai pas choisi de faire ce métier pour ne toucher qu’à l’administratif, en tout cas pas en début de carrière!

Bref, je t’ai fait part dans ce billet de ma joie d’avoir trouvé un poste, un CDD d’un an dans une structure gérée par une collectivité territoriale. Mais assez loin de chez moi puisque j’ai 50 minutes de train, auxquelles il faut rajouter le temps d’aller à la gare le matin, et le trajet gare-crèche. Soit en général 1h45 de porte à porte.

J’ai fait le choix d’accepter ce poste, et je ne regrette pas (même si je suis payée à la fronde car embauchée en contractuelle). Certaines de mes copines ont fait la fine bouche et se retrouvent le bec dans l’eau, sans emploi. J’ai considéré que je devais saisir cette chance là, je ne suis pas encore maman, Chéri fait lui-même des grosses journées, donc au final je n’avais pas vraiment d’impératif en terme d’horaires…

Je commence petit à petit à trouver ma place dans l’équipe et c’est chouette. J’aime mon poste, j’aime ma structure, mes échanges avec la directrice…

Le quartier est connu comme « mal famé », mais ça je m’y fais. Le gros hic, c’est surtout les locaux dans lesquels je travaille. Nous n’avons pas de salle de pause, pas de vestiaire… Bref, pas de salle où se ressourcer pendant nos longues coupures… On a un roulement sur 2 semaines, donc sur 10 jours j’ai 6 coupures de 2h… et bien sûr comme je coupe entre 13 et 15h, je n’ai pas trouvé d’activité pour m’occuper sur ce créneau…

Je n’ai plus qu’à trouver un petit parc sympa, me dégoter de bonnes lectures, et squatter un banc les jours où le temps le permet….

défi jeudi banc

Retrouve les autres participations au défi du jeudi chez Macyma et Sysy in the City.

Premier bain

19 Juil

Je te racontais ici que j’avais officiellement trouvé un poste pour un an renouvelable, qui démarrera à la rentrée.

emploi

Hier, je suis donc allée sur le terrain, rencontrer ma future équipe et visiter les locaux. Et tester aussi mon temps de trajet puisque j’habite trèèèèèès loin.

Ahem, par quoi commencer? Bon je vais prendre dans l’ordre.

Le trajet:

Ma première idée était d’aller avec un vélo perso à la gare, de le garder avec moi dans le train, et de finir le trajet en vélo jusqu’à la crèche. J’avais essayé de repérer le trajet sur internet pour ne pas me paumer car je ne connais pas du tout la ville en question. Google Maps est mon ami. J’ai calculé le trajet en voiture, à pied, à vélo. Bref, le site me fait prendre des p’tits raccourcis à pied. A vélo aussi. La ville n’étant pas plate, j’ai préféré essayer tout à pied d’abord.

Donc je pars le matin, sans regarder le temps qu’il fait dehors mais ça a l’air orageux donc dans le doute je prends mon K-Way blanc tout moche, dit « le Fukushima » selon Chéri, parce que ça lui fait penser aux combinaisons anti-contamination (minute mode!) J’ai été bien inspirée car je me suis pris l’orage en route, et suis arrivée les cuisses complètement trempées à la gare, toute ruisselante. Je suis en effet allée à la gare avec les vélo Libélo de Valence car j’ai pris un abonnement. Heureusement, c’est les grandes vacances donc pas grand monde dans le train, j’ai pu m’étaler pour faire sécher mes affaires. Mais quand même, pour une première, j’ai été bien baptisée!

J’ai mis moins d’un quart d’heure pour arriver à la crèche, ayant pris soin de noter le nom de toutes les rues que je devais emprunter. Je me rassure en me disant que c’est tout à fait faisable comme ça tous les jours, ça me fera ma demi-heure de marche active quotidienne, le minimum pour rester en bonne santé paraît-il! Et puis soyons honnêtes, la ville où je vais travailler n’est pas du tout adaptée à la circulation des vélos, donc si c’est pour me faire klaxonner sans arrêt, merci bien. Et le trajet piéton que j’ai trouvé (soit dit en passant que Google Maps considérait également cyclable) commence par une grande montée en centre ville, puis une grande descente..d’escaliers! Non mais oh, je vais pas porter mon vélo moi hein! Et de toute façon, le quartier où je bosser n’est pas des plus sereins, j’aurais franchement eu peur de me faire piquer mon vélo, et pas possible de le rentrer dans les locaux de la crèche c’est trop petit. Je reste donc sur le mode abonnement vélo pour Valence puis train puis marche à pied. Bon ça fait quasi 1h30 de trajet, mais franchement vu que dans le train je peux lire, ou dormir!, je n’y vois pas d’inconvénient pour l’instant. Peut être que dans quelques mois j’en aurais marre, mais bon je fais une concession pour mon premier poste!

Les locaux

Il s’agit d’une micro-crèche, gérée par une collectivité territoriale. Elle pourra accueillir jusqu’à 9 enfants maximum à la fois, donc tu imagines bien que ce n’est pas un palace. La crèche se situe dans un appartement, au premier étage d’un immeuble, avec une terrasse de 15 mètres carrés complètement en vis à vis. Voilà pour l’extérieur! Il y a un square pas loin que nous pouvons utiliser, et la halte-garderie à deux pas, dont nous pourrons utiliser les locaux lorsque celle-ci est fermée.

Il y a deux dortoirs, dont un avec des couchettes que l’on pourra empiler si on veut se servir de la salle pour faire des rondes, de la motricité…

La buanderie a un coin change pour la toilette des enfants. Il y a une pièce fourre-tout: en gros il n’y a que deux tables d’enfants et des petites chaises: elles serviront pour les repas des enfants, les ateliers peinture ou tout autre proposition sur table… Mais c’est aussi une sorte de salle du personnel puisque c’est là que nous mangerons, à tour de rôle pendant notre pause.. sur une « table à hauteur d’adulte ». Tiens toi bien, cette table est le genre Ikéa, pliante, accrochée d’un pan au mur, et tu déplies l’autre pan pour avoir un bout de table. Accessoirement, cette table sera aussi mon bureau pour effectuer les quelques tâches administratives qui m’incomberont, grâce à un ordinateur portable rangé le reste du temps dans un des placards muraux. L’équipe met ses affaires dans un de ces placards donc la pièce sert aussi de vestiaire. Et dès ma visite, je ne me suis pas gênée pour demander à la directrice s’il est envisageable d’avoir des casiers qui ferment. Elle m’a dit que c’était déjà commandé et qu’on les aurait à la rentrée. Un des placards verra donc ses étagère disparaître et on y calerait dedans les casiers de l’équipe, histoire d’avoir au moins un petit espace personnel dans tout ça…

Je ne déchante pas, j’avais été prévenue hein… Mais bon ça fait quand même bizarre par rapport à mon lieu de stage long, qui était une crèche appartenant à une Maison de l’Enfance, où nous avions plein de salles variées et avec du matériel adapté. L’aménagement de l’espace va être sur mon lieu de travail vraiment un aspect sur lequel veiller au quotidien, mais bon c’est déjà le cas dans chaque structure petite enfance.

L’équipe

Je vais travailler avec trois personnes, qui je l’ai bien compris redoutent vraiment mon arrivée. J’ai l’impression d’être vue comme l’oeil de Moscou, ou peut être la rapporteuse? Bref, quelqu’un qui va un peu bousculer leur petite routine. En soi, elles ne sont pas contrariantes selon la directrice (qui je le rappelle travaille à la halte garderie à deux pas de là) Elles écoutent les conseils, font oui oui, mais ne les suivent pas forcément, ou alors seulement un temps et voilà… Le fait que je sois en continuité de direction va m’amener à être énormément en relation avec la directrice, et bien que je ne sois pas leur supérieure hiérarchique, elles semblent vraiment craindre mon arrivée et le rapport que j’aurai avec elles. Lors de ma visite, deux sur les trois m’ont limite ignorée, et la troisième s’est montrée très souriante, mais inquiète quand même. Elle avait les mains qui tremblent, je ne pense pas être quelqu’un d’intimidant, en tout cas cette personne m’a paru fragile, donc à ménager. Tout comme les deux autres évidemment, auprès de qui je vais devoir trouver ma place, et percevoir ainsi le juste milieu entre un peu de fermeté pour ne pas me laisser bouffer (parce que je suis une petite jeune et qu’elles semblent avoir entre 45 et 55 ans) et de la douceur pour apprivoiser chacune d’entre elles.

L’équipe de la halte-garderie a également fait la demande auprès de la directrice que j’intervienne aussi dans cette structure là, parce que finalement celle-ci qui est également éducatrice, est beaucoup en vadrouille pour les multiples réunions auxquelles elle doit participer.

Avec tout ça à prendre en compte, elle va devoir pondre un nouvelle grille d’horaires, et je crois qu’elle va bien s’arracher les cheveux. Du coup je risque de ne connaître mes horaires qu’à la rentrée, je prie pour avoir le moins de « coupés » possible.

L’agglo

La collectivité territoriale qui gère la structure est une communauté d’agglomération. Après plusieurs échanges par mail, une nana des ressources humaines a fini par m’appeler et me faire comprendre que je débarquais, en visiblement ne connaissant pas toutes les ficelles. Heu ben oui, x’cuz moi mais en effet je débute, pourquoi qu’est ce que j’ai loupé?

Il semblerait que je sois passée pour la nana venant d’une autre planète, alors que je qualifierais plutôt ma réaction de naïve. La semaine dernière, j’avais compris que je pourrai signer mon contrat le jour où je venais rencontrer l’équipe et visiter les locaux, histoire de pas faire le trajet 50 fois parce que rappelons le, je n’ai pas de salaire en ce moment, et que je n’habite pas la porte à côté!

Mardi, j’ai donc envoyé un mail à la nana en question pour lui dire que j’allais poster les pièces les plus importantes pour elle afin d’établir le contrat et qu’il soit prêt jeudi. C’est là qu’elle m’a rappelé en me disant « je crois que le fonctionnement de notre administration vous échappe » sur un ton de Madame-je-sais-tout, et en précisant que le courrier, même s’il arrivait à l’agglo le lendemain, ne serait entre ses mains que 2 ou 3 jours plus tard, car il passe par je ne sais combien de services et de mains avant cela, et de personnes plus haut placées qui le lisent… Bref, j’avoue, je ne pensais pas que c’était aussi compliqué. J’ai dit que du coup j’amènerai les documents le jeudi mais souhaitais une promesse d’embauche écrite, à défaut de pouvoir repartir avec mon contrat.

Et donc hier, en allant dans le bureau de la fameuse nana, j’ai eu droit à nouveau à un petit speech, genre c’est pas la peine de m’en vouloir, je ne peux pas faire autrement, le contrat doit être signé par le Président et Mme Machin, et vérifié par Truc Bidule… Je réponds poliment que j’ai bien compris au téléphone hier, que je ne la remets pas en cause du tout et que si j’insistais pour que le contrat soit prêt, c’était d’une pour m’éviter de multiplier les trajets (du coup on fera ça par courrier hein!) et de deux pour me rassurer aussi, histoire que ce ne soit pas seulement une validation orale. Mais la nana est repartie dans son sermon,  Blablabla vous verrez quand vous recevrez des stagiaires ou demanderez des choses pour votre structure, ça se fera pas comme ça en claquant des doigts, faudra être patiente, ça doit passer dans le bureau deTrucbidule, puis être validé par Gertrude et Fanfan… j’ai crû que j’allais pas m’en dépêtrer. Franchement j’avais l’impression d’être une petite fille et de recevoir mon premier avertissement. Mais bon, au moins je suis prévenue, ils se sentent vite débordés aux RH!

Après ça elle m’explique qu’elle n’a pas précisé sur la lettre de promesse d’embauche, mais que c’est pour un contrat d’un an « parce que vous êtes contractuelle et pas fonctionnaire, vous connaissez la différence? Parce que… » Là ça  commençait à sérieusement me gonfler, j’ai dit oui oui pas de souci (un peu sèchement, non mais ça va je ne suis pas si nouille que ça quand même!) et rajouté que l’adjointe m’avait expliqué, histoire qu’elle me lâche les basques, mais évidemment je connaissais le principe avant.

Voilà un peu pour les premières impressions…!

Recherche d’emploi #2

12 Juil

Avant-hier, je te parlais de mes quelques pistes pour ma recherche d’emploi.

J’ai donc rencontré l’adjointe au service petite enfance (enfin je crois, il va falloir que j’apprenne l’organigramme de toute l’agglo!) et l’éducatrice qui sera ma directrice, mais travaillera dans une autre structure. Et oui, car j’ai accepté le poste!

Nous avons beaucoup échangé, et sommes mutuellement rassurées je crois, car je pense sincèrement que nous avons la même façon de voir notre métier, nous verrons sur la durée si cela se vérifie.

Je travaillerai donc dans une micro-crèche (gérée par une collectivité territoriale, c’est vrai que c’est assez rare, je pensais même que ça n’existait pas!) avec 3 collègues que je vais rencontrer la semaine prochaine en visitant la structure et signant mon contrat. Il n’y aura donc que 9 enfants accueillis à la fois, donc petit groupe d’enfants et petite équipe pour mon premier poste. Je serai à temps plein, en continuité de direction. La directrice est en effet l’EJE que j’ai rencontré. Elle ne sera pas sur la même structure que moi, mais reste ma supérieure hiérarchique directe. Elle est également directrice de la halte-garderie à deux pâtés de maison de là où je bosserai, et elle travaillera donc dans les locaux de la halte, mais nous serons amenées à travailler ensemble pas mal évidemment.

J’ai un CDD d’un an, et pour pouvoir être titularisée, il faut que je passe le concours de la fonction publique (encore un, grrrr!!!!!) mais la directrice doit également le préparer, donc on se motivera ensemble m’a-t-elle proposé! Je commence donc à la rentrée, le 26 août.

Business alternativo

Le gros hic? Les trajets… C’est à 1h30 de chez moi en voiture par la nationale. Oui, oui, tu as bien lu. Et prendre l’autoroute me coûterait beaucoup trop cher. Heureusement, il reste l’option du train, 40 minutes de trajet de gare à gare, auxquelles il faudra rajouter le temps d’aller de chez moi à la gare, puis de la gare à la crèche. Mais c’est à 20 minutes et 15 minutes de marche, donc j’emmènerai mon vélo dans le train. Je vais voir ce que ça donne jeudi prochain quand je rencontrerai l’équipe, je testerai le trajet train+vélo! Prions pour que la SNCF ne malmène pas trop le réseau avec ses retards pour l’année à venir…

Recherche d’emploi #1

10 Juil

Maintenant que je suis officiellement diplômée, je dois me bouger le popotin pour trouver un poste.

Soyons francs, je ne me suis pas non plus roulé les pouces hein. J’ai déjà passé deux entretiens alors que je n’avais pas fini ma formation. Et envoyé pas mal de candidatures spontanées.

Vegetables power

Vegetables power

Pendant mes vacances à l’île de Ré, j’ai reçu un appel d’une communauté d’agglo où j’avais déjà passé un des entretiens. Comme j’en parlais ici, ils avaient un autre poste à pourvoir plus tard dans une autre de leurs structures. Avant de publier l’offre, ils ont pensé à moi pour ce poste là étant donné qu’ils me « connaissent déjà ». J’y vais demain pour en savoir mieux sur le poste, et si je l’accepte ou non. Sinon ils publieront une offre. Seule chose que je sais: ce serait une continuité de direction (à ne pas confondre avec un poste d’adjointe) et ce serait pour la rentrée. Lors de l’entretien, on m’avait parlé d’une micro-crèche, mais la nana du service petite enfance ne l’a pas mentionné quand elle m’a rappelé. Bref, j’en saurai mieux demain!

*************

Sur Facebook, je suis abonnée à la page des éducateurs de jeunes enfants, et j’y ai vu un statut mentionnant un remplacement de congé maternité en Ardèche pour 7 mois. J’ai donc postulé aujourd’hui car c’est à 50 minutes de chez moi donc ça me convient. Par contre, c’est un poste d’adjointe, donc étant donné que je suis fraîchement diplômée.. Pas sûre que je leur convienne s’il y a d’autres plus expérimentées qui postulent aussi…

*************

Enfin, j’ai été rappelée cet après-midi par le service RH d’une commune jouxtant la mienne, où j’avais postulé de façon spontanée, sachant qu’un multi-accueil devait ouvrir fin 2013. Je pense que le chantier a pris du retard, car c’est maintenant reporté au 15 février. Je ne verrai pas la couleur des nouveaux locaux car ce sont les éducatrices des autres multi-accueil qui vont y travailler et donc changer de structure. La commune cherche deux EJE pour les remplacer dans les deux autres structures déjà existantes, d’où leur appel. J’ai dit que j’étais toujours intéressée, mais il va falloir que je me renseigne sur les conditions pour quitter un CDD… Je ne sais pas si ça sera possible de quitter un poste si j’étais prise ensuite pour celui-là… :/

Voilou. Je continue à chercher et essaie de ne pas désespérer devant les emplois rares, ou demandant des profils expérimentés pour la direction de la structure, ou étant trop loin, ou à temps partiel… Bref, on y croit!!

Un peu déçue…car je m’y voyais déjà!

10 Juin

Il y a quelques semaines, je répondais à une offre d’emploi pour un poste d’éducatrice de jeunes enfants… mon tout premier!

Je passe en effet mon diplôme la semaine qui arrive et la suivante. Bref, je n’ai jamais été aussi près…

La communauté d’agglo où j’ai postulé me convoquait ce vendredi 7 juin à un entretien en connaissance de cause, j’avais en effet bien précisé dans ma lettre que je sortais de formation.

Je postulais pour une offre liée à une structure petite enfance qui ouvrait, donc locaux tous neufs, projet pédagogique à monter avec une volonté de l’agglo qu’il soit axé sur le développement durable.

Naïvement, je me disais que le fait que l’équipe ne se connaisse pas, et se construise ensemble, ce serait plus « facile » de trouver ma place d’éducatrice que dans une équipe qui fonctionne bien (ou pas!) déjà ensemble. Et puis, surtout, le projet en lien avec le développement durable, l’utilisation des couches lavables au multi-accueil… Bref, tout plein de jolis projets auxquels il me plaisait vraiment de réfléchir!

Elles étaient 5 à me faire passer l’entretien. Même nombre que pour mon premier entretien, mais que des femmes, et finalement moins impressionnant car elles étaient disposées en U face à moi, et non en ligne, du coup c’était plus « simple » pour balayer tout le monde du regard.

Nous avons eu un échange intéressant. A la fin, j’ai pu poser les questions que j’avais en tête, mais je n’ai même pas parlé du salaire… J’avais l’impression qu’il manquait un petit quelque chose à ma candidature et que c’était cuit! Elles m’ont remercié et j’ai commencé à prendre mon sac et partir. Au moment où je franchissais la porte, je me suis retournée et n’y tenant plus, je leur ai demandé: « ah si, excusez moi, j’ai une dernière question! » Elles m’ont souri et étaient toute ouïe. « Est-ce un point négatif pour vous que je sorte de formation? »

Echange de regards gênés. Puis l’une d’elles relance la conversation, suivie par les autres, en me disant pour résumer, que un poste d’adjointe de direction nécessite d’avoir un certain positionnement vis à vis de l’équipe. Que être éducatrice « de terrain » est tout de même très formateur et que « ce serait dommage de vous passer de cette expérience et vous mettre en difficulté pour votre premier poste ». Rajoutant aussi qu’elles ne doutent pas de mes compétences mais que..voilà quoi!

Je suis donc un peu déçue car je m’y voyais déjà! Mais pour relativiser, on va dire que ce n’est « que » mon deuxième entretien pro alors que je ne suis pas encore diplômée. Et aussi que les personnes faisant passer l’entretien effectuaient un premier repérage pour un autre poste à pourvoir dans l’agglo, dont l’offre n’a pas encore été publiée. Voilà voilà quoi! Donc peut être, #mode bisounours ON, que je serai convoquée à un autre entretien pour en savoir mieux sur ce poste là… Bref, affaire à suivre…ou pas! #Mode bisousnours OFF.

Ah, et sinon, je te rappelle que je passe des oraux CRUCIAUX mardi et vendredi…pour mon diplôme… Je suis évidemment en mode FLIP car l’oral n’est pas mon fort. Bien sûr, ces jours là tu penseras à moi, et tu mettras tout en oeuvre pour me souhaiter une bonne chance 🙂

Source: Illustratrice Emmenuelle Teyras http://www.emmanuelleteyras.com/2012/10/bonne-chance.html

Source: Illustratrice Emmenuelle Teyras
http://www.emmanuelleteyras.com/

Dans 3 semaines…

27 Mai

Dans 3 semaines, je serai dans un amphi, en train de plancher sur une note de synthèse. Le lendemain, dans la même salle, je formulerai des hypothèses de compréhension d’une situation de communication. Et là, alors, je serai (presque) libérée.

Certes, j’aurai alors déjà passé les oraux (c’est curieux, je sais que certains centres de formation les passent après les écrits, comme au bac quoi) mais pas nous. J’ai reçu la sacro-sainte convocation, et je passe à la casserole le 11 et le 14 juin. Priez pour moi, amen.

Mais quand je dis « presque » libérée, c’est parce que l’angoisse monte déjà. J’ai peur d’échouer à l’une de mes épreuves. J’ai peur de galérer pour trouver un emploi, de ne pas être convaincante… Depuis mon premier entretien, mes deux autres candidatures n’ont pas été payantes.

[Après recherche sur le blog, je me rends compte que je n’ai même pas donné de nouvelles du-dit entretien: 1 mois après l’avoir passé, j’ai donc eu la coordinatrice au téléphone, lasse de ne pas avoir de nouvelles. Elle m’indique que le courrier était alors parti en début de semaine, mais que je n’ai pas été retenue. Je réponds qu’étant le délai de réponse, et le fait que ce soit par courrier, je m’en doutais… Mais que dans un souci d’amélioration pour mes prochains entretiens, j’aimerais savoir ce qui a manqué dans ma candidature ou dans mes réponses. Elle me rassure en me disant qu’ils étaient prêts à me prendre et ont apprécié l’échange lors de l’entretien, je n’ai pas fait de fausse note. En gros ils hésitaient entre moi et celle qui a été prise. Je demande donc ce qui a fait pencher la balance en ma défaveur. La coordinatrice m’explique qu’ils préféraient prendre quelqu’un de disponible tout de suite, et comme j’ai passé mon entretien mi-mars, il me restait encore mon stage de fin de formation à terminer et pas mal de cours aussi. Elle rajoute que même si l’offre était ouverte aux débutants, ils ont également préféré prendre une personne avec un peu plus d’expérience que moi car l’équipe est difficile à gérer et a fait fuir plusieurs EJE (éducateur de jeunes enfants, ndlr) ces dernières années… Elle rajoute « je comprends que vous soyez déçue, mais franchement ça n’aurait pas été un cadeau pour un premier poste! » Est-elle franche? Ou a-t-elle dit cela pour me rassurer? Bref… je poursuis mes recherches]

Samedi et aujourd’hui, j’ai quasi passé tout mon temps à repérer toutes les structures petite enfance, à réfléchir à mes candidatures spontanées… que je posterai demain. Beaucoup de postes très loin de mon domicile, pas mal de temps partiels et ça me fait bien flic parce qu’à 27 ans et des brouettes, je ne peux pas me permettre de rester trop longtemps à temps partiel. Et ma retraite? bon ça, personne n’en aura Et notre (future) maison?

Vivement que le diplôme soit in the pocket, et que je trouve un poste, je serai déjà plus sereine…