Tag Archives: EJE

Recherche d’emploi #1

10 Juil

Maintenant que je suis officiellement diplômée, je dois me bouger le popotin pour trouver un poste.

Soyons francs, je ne me suis pas non plus roulé les pouces hein. J’ai déjà passé deux entretiens alors que je n’avais pas fini ma formation. Et envoyé pas mal de candidatures spontanées.

Vegetables power

Vegetables power

Pendant mes vacances à l’île de Ré, j’ai reçu un appel d’une communauté d’agglo où j’avais déjà passé un des entretiens. Comme j’en parlais ici, ils avaient un autre poste à pourvoir plus tard dans une autre de leurs structures. Avant de publier l’offre, ils ont pensé à moi pour ce poste là étant donné qu’ils me « connaissent déjà ». J’y vais demain pour en savoir mieux sur le poste, et si je l’accepte ou non. Sinon ils publieront une offre. Seule chose que je sais: ce serait une continuité de direction (à ne pas confondre avec un poste d’adjointe) et ce serait pour la rentrée. Lors de l’entretien, on m’avait parlé d’une micro-crèche, mais la nana du service petite enfance ne l’a pas mentionné quand elle m’a rappelé. Bref, j’en saurai mieux demain!

*************

Sur Facebook, je suis abonnée à la page des éducateurs de jeunes enfants, et j’y ai vu un statut mentionnant un remplacement de congé maternité en Ardèche pour 7 mois. J’ai donc postulé aujourd’hui car c’est à 50 minutes de chez moi donc ça me convient. Par contre, c’est un poste d’adjointe, donc étant donné que je suis fraîchement diplômée.. Pas sûre que je leur convienne s’il y a d’autres plus expérimentées qui postulent aussi…

*************

Enfin, j’ai été rappelée cet après-midi par le service RH d’une commune jouxtant la mienne, où j’avais postulé de façon spontanée, sachant qu’un multi-accueil devait ouvrir fin 2013. Je pense que le chantier a pris du retard, car c’est maintenant reporté au 15 février. Je ne verrai pas la couleur des nouveaux locaux car ce sont les éducatrices des autres multi-accueil qui vont y travailler et donc changer de structure. La commune cherche deux EJE pour les remplacer dans les deux autres structures déjà existantes, d’où leur appel. J’ai dit que j’étais toujours intéressée, mais il va falloir que je me renseigne sur les conditions pour quitter un CDD… Je ne sais pas si ça sera possible de quitter un poste si j’étais prise ensuite pour celui-là… :/

Voilou. Je continue à chercher et essaie de ne pas désespérer devant les emplois rares, ou demandant des profils expérimentés pour la direction de la structure, ou étant trop loin, ou à temps partiel… Bref, on y croit!!

Publicités

in the pocket!!!!

9 Juil

ça y est, je suis revenue de l’île de Ré… Cette semaine avec ma famille m’a fait le plus grand bien, j’ai retrouvé avec plaisir cette île que j’aime tant!

Mais THE news, c’est que j’ai bien validé mon diplôme, et que je suis officiellement éducatrice de jeunes enfants!!!! Hiyaaaaaaaaaaaaa 🙂 Tu m’aurais vue dans le mobile home, une vraie furie! Je faisais des grands sauts de cabri et criait à la terre entière: YESSSSSSSS!!!!!!!

Heureusement que Mam’ avait emmené la tablette, je n’aurai pas pu voir les résultats sinon. En effet, la DRJSCS a eu la bonne idée de publier la liste en format PDF, et impossible de l’ouvrir avec mon smartphone!

Malgré mes craintes par rapport à la note de synthèse, c’est donc bon pour moi! J’ai hâte de connaître mes notes, même si au fond ça ne changera rien à ma future pratique, aujourd’hui je sais l’essentiel: diplôme in the pocket!!!

Diplome

Mes écrits au DEEJE

28 Juin

Après mes oraux, je te parle de mes deux écrits au DEEJE.

Si tu comptes bien, oui, ça fait 4 épreuves finales avec les oraux, mais nous avions beaucoup de dossiers et questionnaires en contrôle continu…

La note de synthèse

Exercice que peut-être pas mal d’autres vous connaissent dans d’autres contextes, notamment les concours de la fonction publique… On avait une douzaine de documents (environ 30 pages je crois) à synthétiser. Le thème 2013: le lien intergénérationnel.

J’ai toujours eu du mal à trouver un plan, mais une fois qu’il est pondu, ça file tout seul pour moi. Le hic? Les documents étaient un peu différents de ce à quoi nous étions habitués en formation. En gros, il y a souvent entre autres des textes règlementaires (lois, décrets…) et là il n’y en avait pas du tout! Beaucoup d’exemples de lieux d’accueils où le lien intergénérationnel était la base du projet pédagogique des structures, souvent des multi-accueil intégrés à des maison de retraite, foyer pour personnes âgées…

Bref, j’ai complètement paniqué en voyant que je ne trouvais pas de plan. Pinaillé, pinaillé, pinaillé, pour finir par pondre un truc donc j’ai vraiment honte, et que je n’ai même pas eu le temps de finir.

Il fallait en effet que je passe vite à la phase 2 de l’écrit pour tenter de sauver les meubles et grapiller quelques points. Il s’agit de faire des propositions professionnelles en lien avec le thème et la situation proposée. Cette année, le sujet indiquait que l’on était EJE en crèche parentale, et il fallait donc faire des propositions en lien avec un projet intergénérationnel, sur une commune où beaucoup d’autres structures (foyer pour personnes âgées, maison de jeunes, maison de retraite..) étaient présentes.

Le dossier donnait beaucoup d’exemples, et avec le recul il aurait été « facile » de faire des propositions construites et détaillées. Je n’en ai pas eu l’occasion, prise par le temps et la panique des minutes qui défilaient.

Lorsque l’examinateur principal a dit qu’il était l’heure et que nous devions poser les stylos, j’ai tenté de finir ma phrase. Il m’a houspillée comme si j’étais une criminelle. Baste, ça ne rattrapera de toute façon pas cet échec cuisant.

J’ai pleuré toute la soirée, me maudissant de peut être louper le diplôme à cause d’une épreuve qui ne rend même pas compte de qui je suis auprès des enfants, à cause d’une épreuve que je réussissais suffisamment en examen blanc pour ne pas m’en inquiéter.

Tout le monde me dit que ça va aller, que tout le monde a été surpris, que peut être ils revaloriseront les notes, bla bla bla, attends tu le mérites ton diplôme, bla bla bla, tu es défaitiste, tu dois prendre du recul…

Oui, peut être, sauf que les personnes qui me disent ça ont des points d’avance, que moi je n’ai pas brillé pour le dossier avec lequel la note va s’équilibrer, qu’il me faut 9/20 pour valider ce domaine de compétences, que j’arrive à peu près à évaluer mes prestations par rapport à ce que je fais, et là je sais que je suis loin de mériter un 9, j’ai pas écrit la moitié de ce que je voulais, j’ai bâclé pour pouvoir sauver les meubles. Bref, tu l’as compris, je suis dépitée.

Heureusement, Super Lisette, ma copine de promo, m’a proposé d’aller déguster une glace, histoire de me remettre de mes émotions et penser à autre chose. Et le soir, j’ai pu profiter de ma Pimprenelle (puisque j’étais logée chez ma Belle-Soeur) à qui j’ai donné le repas, un chouette moment de complicité!

L’étude de situation de communication

J’étais assez tendue car je n’ai rien révisé la veille, j’étais tellement mal après la note de synthèse… Finalement, je pense que je me suis débrouillée. On doit choisir 2 questions parmi 4, c’est souvent des définitions ou explications.

Parmi la liste il y avait (de tête, car je n’ai pas le sujet sous les yeux): 1) définir les notions de rôle, statut, fonction. 2) quels sont les intérêts d’un projet éducatif élaboré collectivement? (j’ai pris ces deux premières questions) et les deux autres 3) quel est le rôle de la CDAJE? et 4) une question par rapport aux micro-crèches et l’intéret de cette structure pour les parents et les gestionnaires?

Ensuite, une situation de communication, (souvent un conflit dans une équipe en crèche) à décortiquer, analyser, faire des hypothèses de compréhension et d’analyse de la situation… Je ne dirais pas que j’ai réussi haut la main et que je vais « crever les plafonds », mais je pense que je me suis débrouillée. Pour cette épreuve aussi, d’après les coefficients, il me faut un 9 pour valider le domaine de compétences…

Photo empruntée à Jérémy, futur EJE comme moi, mais dans un autre centre de formation! (le sujet était national). Voilà son blog pour les EJE et futurs EJE intéressés! http://ejeblog.tumblr.com/

Photo empruntée à Jérémy, futur EJE comme moi, mais dans un autre centre de formation! (le sujet était national).
Voilà son blog pour les EJE et futurs EJE intéressés! http://ejeblog.tumblr.com/

Pour dédramatiser:

Cette nuit, un jeune adulte est décédé. Il était le fils de bons amis aux parents de Chéri (tu arrives à suivre?) et ami de la petite soeur de Chéri. Bref, sans dire que j’en étais proche, nous le connaissions plutôt bien. ça m’a fait quelque chose d’apprendre son décès ce matin. Comme quoi, la vie tient à peu de choses, et nous pouvons nous estimer chanceux d’avoir une bonne santé, un couple, un enfant, une famille, une vie sociale, un travail…

Bref, je serai terriblement déçue voire honteuse de louper encore un diplôme à peu de choses près, mais je dois aussi relativiser, et penser à Benjamin, parti trop vite à cause d’une complication découverte il y a peu…

Mes oraux au DEEJE

26 Juin

DEEquoiiiiiiiii?

DEEJE = Diplôme d’Etat d’Educateur de Jeunes Enfants. Tu sais, le truc là, qui clôt mes trois années de formation, qui a causé ma désertion de la blogo ces derniers mois… Et ben v’là, j’ai besoin de poser mes impressions, à froid car les oraux c’était il y a déjà deux semaines.

Très franchement, avant de passer les épreuves, je stressais surtout pour les deux oraux car ce n’est pas mon fort, tout en me rassurant parce que j’ai appris plein de choses intéressantes pendant ces trois années pour me former au métier d’EJE.

Premier oral:

J’ai passé tout d’abord un premier oral, durant lequel j’étais interrogée au hasard sur un dossier parmi trois (d’une dizaine de pages chacun, donc shorty): mon tout premier de formation, dans lequel je devais mettre en place une activité en lien avec le contexte du territoire dans lequel se trouvait ma structure, et en expliquant les moyens, méthodes, déroulement de l’activité… Les réajustements…, un deuxième dossier concernant l’observation suivie d’un enfant, et enfin mon projet d’action à finalité éducative. Pardon pour ce jargon, mais en gros c’est le projet que j’ai mis en place dans la crèche qui m’accueillait en stage long (28 semaines!). Ce dossier montre la méthodo’ de construction d’un projet, selon les besoins des enfants, la négociation avec l’équipe, les réajustements;.. ect..

On devait être une dizaine à passer en même temps, toutes (oui on était que des filles!) à stresser sur notre chaise en attendant que nos jurys respectifs viennent nous chercher. Et là, à 14h30, je vois 5 ou 6 personnes s’avancer vers nous, et appeler leur candidat à la chaîne, avant d’aller dans leur salle correspondante. Oh my god, je ne suis toujours pas appelée!!! On est encore 4 à attendre. Je vois une nana sortir d’une salle et s’approcher de nous. Je me dis qu’elle a une tête sympa et que j’aimerais bien que ce soit moi qu’elle vienne chercher. « Je viens chercher Anna? » Oh!!! C’est génial!! Je me lève et la suit. Je me dis que c’est cool, elle ne m’a pas appelé « Mlle Machin », elle a l’air humaine, ça me met en confiance.

J’aurais dû songer au fameux dicton « l’habit ne fait pas le moine » ou que « les apparences sont parfois trompeuses ». Quand j’entre dans la salle, j’aperçois la deuxième personne qui fait partie de mon jury, elle a l’air aussi flippée que moi, c’est peut être sa première XP en tant que jury?

Je suis tombée sur le premier dossier. Un peu déçue de ne pas être interrogée sur mon projet que j’ai investi de façon plus longue, et aussi plus récente 🙂

Quand je suis sortie de cet oral, j’étais dépitée. Mes copines de promo ne me croyaient pas, disaient que j’exagérais sous le coup de l’émotion… Mais très franchement, cet oral est censé montrer quel futur professionnel nous allons être, quelles sont les valeurs qui nous animent, comment elles ont évolué au gré de notre formation et de nos expériences… J’ai vraiment eu l’impression que le jury s’en fichait et ne me posait que des questions de théorie pure et dure (et j’avoue que je n’avais pas révisé comme une tarée, je connais la base quoi). Le jury? Il est composé d »un formateur (pas celui de notre école évidemment) et d’un EJE pro. J’ai eu deux femmes, la pro était très discrète et avait du mal à trouver sa place pour me poser des questions, face à cette formatrice qui me bombardait. Elle posait des questions incompréhensibles, j’ai fait reformuler plusieurs fois, mais à chaque reformulation, j’avais l’impression d’une question complètement différente, et ne savait plus à laquelle je devais répondre du coup. Je ne me suis pas laissé déstabiliser, mais j’ai bien vu que même la professionnelle semblait ne pas comprendre, ou ne pas savoir répondre aux questions posées par la formatrice. (bon, les questions étaient posées à moi hein, elle, elle s’en fout, elle a déjà le diplôme!)

Ce qui m’a rassurée, c’est que les deux filles ayant eu le même jury que moi sont ressorties en pleurs, et les autres ont bien saisi que je ne fabulais pas, mais que mon jury, c’était pas de la marmelade! En effet, la plupart des étudiants sortaient agréablement surpris par la bienveillance des autres jurys.

J’avoue être assez fière d’avoir géré mon émotivité, enfin je crois qu’on peut surtout remercier Gelsenium et Les Fleurs de Bach sur ce coup là, mais n’empêche que…j’ai pas pleuré!

Deuxième oral:

Franchement, j’ai crû que j’allais m’évanouir de stress avant de rentrer. Cet oral était celui de la soutenance de mémoire. Vu comme c’était passé le premier, je n’y allais pas du tout rassurée. Et en même temps, je relativisais en pensant au fait que l’on ne peut pas avoir deux fois le même jury, du coup je n’allais pas retomber sur la même formatrice. Ouf! J’ai révisé la théorie jusqu’à 1h15 du matin, oui je sais c’est débile, mais de toute façon je n’arrivais pas à dormir. Et bien, tiens-toi bien: je n’ai eu AUCUNE question de théorie, alors que sur le mémoire, y’en a pas mal quand même! Dans mon cas, c’était surtout autour de la théorie de l’attachement, la séparation, la pédagogie d’Emmi Pikler… car j’ai construit mon mémoire sur la place de l’adulte référent, je ne sais pas si ça parle à certains parents dont les enfants sont en crèche?

IMG_3311

Ma question centrale était En quoi l’adulte référent au sein d’une équipe contribue-t-il à l’accueil et l’accompagnement du jeune enfant et de sa famille en EAJE? (EAJE = Etablissement d’Accueil du Jeune Enfant, jargon pour désigner entre autres les crèches dont le terme n’existe plus officiellement)

Le jury était cette fois ci composé d’un homme, un intervenant dans un autre centre de formation que le mien, et d’une femme, professionnelle EJE. J’ai trouvé bien qu’ils viennent « en couple » chercher les candidats au lieu de venir seul et que l’autre attende dans la salle. Vu mon expérience de la veille, je n’ai pas voulu m’enthousiasmer trop vite pour autant.

J’ai fait ma présentation, en ayant l’impression de profondément les ennuyer. C’est vrai que j’ai choisi un thème qui ne sort pas de l’ordinaire, et qu’ils avaient déjà fait passer trois oraux le matin même. J’ai prié dans ma tête pour que la fille de ma promo ayant fait son mémoire sur la question du genre ne soit pas passé avec eux, parce que son mémoire est vraiment chouette! Peut être n’était-ce qu’une impression? Ou bien une consigne de ne rien montrer à ce moment là, car d’autres étudiantes avec d’autres jurys ont eu la même impression pendant leur présentation.

Bref, contrairement au premier oral, l’entretien a été un réel échange, je n’ai pas eu le sentiment d’un question-réponse aussi fort que la première fois.

Affaire à suivre… Demain, je te parle de mes écrits, dont l’un que j’ai complètement foiré et qui risque de me faire louper le diplôme, j’en suis malade…

#teasing!

Un peu déçue…car je m’y voyais déjà!

10 Juin

Il y a quelques semaines, je répondais à une offre d’emploi pour un poste d’éducatrice de jeunes enfants… mon tout premier!

Je passe en effet mon diplôme la semaine qui arrive et la suivante. Bref, je n’ai jamais été aussi près…

La communauté d’agglo où j’ai postulé me convoquait ce vendredi 7 juin à un entretien en connaissance de cause, j’avais en effet bien précisé dans ma lettre que je sortais de formation.

Je postulais pour une offre liée à une structure petite enfance qui ouvrait, donc locaux tous neufs, projet pédagogique à monter avec une volonté de l’agglo qu’il soit axé sur le développement durable.

Naïvement, je me disais que le fait que l’équipe ne se connaisse pas, et se construise ensemble, ce serait plus « facile » de trouver ma place d’éducatrice que dans une équipe qui fonctionne bien (ou pas!) déjà ensemble. Et puis, surtout, le projet en lien avec le développement durable, l’utilisation des couches lavables au multi-accueil… Bref, tout plein de jolis projets auxquels il me plaisait vraiment de réfléchir!

Elles étaient 5 à me faire passer l’entretien. Même nombre que pour mon premier entretien, mais que des femmes, et finalement moins impressionnant car elles étaient disposées en U face à moi, et non en ligne, du coup c’était plus « simple » pour balayer tout le monde du regard.

Nous avons eu un échange intéressant. A la fin, j’ai pu poser les questions que j’avais en tête, mais je n’ai même pas parlé du salaire… J’avais l’impression qu’il manquait un petit quelque chose à ma candidature et que c’était cuit! Elles m’ont remercié et j’ai commencé à prendre mon sac et partir. Au moment où je franchissais la porte, je me suis retournée et n’y tenant plus, je leur ai demandé: « ah si, excusez moi, j’ai une dernière question! » Elles m’ont souri et étaient toute ouïe. « Est-ce un point négatif pour vous que je sorte de formation? »

Echange de regards gênés. Puis l’une d’elles relance la conversation, suivie par les autres, en me disant pour résumer, que un poste d’adjointe de direction nécessite d’avoir un certain positionnement vis à vis de l’équipe. Que être éducatrice « de terrain » est tout de même très formateur et que « ce serait dommage de vous passer de cette expérience et vous mettre en difficulté pour votre premier poste ». Rajoutant aussi qu’elles ne doutent pas de mes compétences mais que..voilà quoi!

Je suis donc un peu déçue car je m’y voyais déjà! Mais pour relativiser, on va dire que ce n’est « que » mon deuxième entretien pro alors que je ne suis pas encore diplômée. Et aussi que les personnes faisant passer l’entretien effectuaient un premier repérage pour un autre poste à pourvoir dans l’agglo, dont l’offre n’a pas encore été publiée. Voilà voilà quoi! Donc peut être, #mode bisounours ON, que je serai convoquée à un autre entretien pour en savoir mieux sur ce poste là… Bref, affaire à suivre…ou pas! #Mode bisousnours OFF.

Ah, et sinon, je te rappelle que je passe des oraux CRUCIAUX mardi et vendredi…pour mon diplôme… Je suis évidemment en mode FLIP car l’oral n’est pas mon fort. Bien sûr, ces jours là tu penseras à moi, et tu mettras tout en oeuvre pour me souhaiter une bonne chance 🙂

Source: Illustratrice Emmenuelle Teyras http://www.emmanuelleteyras.com/2012/10/bonne-chance.html

Source: Illustratrice Emmenuelle Teyras
http://www.emmanuelleteyras.com/

Dans 3 semaines…

27 Mai

Dans 3 semaines, je serai dans un amphi, en train de plancher sur une note de synthèse. Le lendemain, dans la même salle, je formulerai des hypothèses de compréhension d’une situation de communication. Et là, alors, je serai (presque) libérée.

Certes, j’aurai alors déjà passé les oraux (c’est curieux, je sais que certains centres de formation les passent après les écrits, comme au bac quoi) mais pas nous. J’ai reçu la sacro-sainte convocation, et je passe à la casserole le 11 et le 14 juin. Priez pour moi, amen.

Mais quand je dis « presque » libérée, c’est parce que l’angoisse monte déjà. J’ai peur d’échouer à l’une de mes épreuves. J’ai peur de galérer pour trouver un emploi, de ne pas être convaincante… Depuis mon premier entretien, mes deux autres candidatures n’ont pas été payantes.

[Après recherche sur le blog, je me rends compte que je n’ai même pas donné de nouvelles du-dit entretien: 1 mois après l’avoir passé, j’ai donc eu la coordinatrice au téléphone, lasse de ne pas avoir de nouvelles. Elle m’indique que le courrier était alors parti en début de semaine, mais que je n’ai pas été retenue. Je réponds qu’étant le délai de réponse, et le fait que ce soit par courrier, je m’en doutais… Mais que dans un souci d’amélioration pour mes prochains entretiens, j’aimerais savoir ce qui a manqué dans ma candidature ou dans mes réponses. Elle me rassure en me disant qu’ils étaient prêts à me prendre et ont apprécié l’échange lors de l’entretien, je n’ai pas fait de fausse note. En gros ils hésitaient entre moi et celle qui a été prise. Je demande donc ce qui a fait pencher la balance en ma défaveur. La coordinatrice m’explique qu’ils préféraient prendre quelqu’un de disponible tout de suite, et comme j’ai passé mon entretien mi-mars, il me restait encore mon stage de fin de formation à terminer et pas mal de cours aussi. Elle rajoute que même si l’offre était ouverte aux débutants, ils ont également préféré prendre une personne avec un peu plus d’expérience que moi car l’équipe est difficile à gérer et a fait fuir plusieurs EJE (éducateur de jeunes enfants, ndlr) ces dernières années… Elle rajoute « je comprends que vous soyez déçue, mais franchement ça n’aurait pas été un cadeau pour un premier poste! » Est-elle franche? Ou a-t-elle dit cela pour me rassurer? Bref… je poursuis mes recherches]

Samedi et aujourd’hui, j’ai quasi passé tout mon temps à repérer toutes les structures petite enfance, à réfléchir à mes candidatures spontanées… que je posterai demain. Beaucoup de postes très loin de mon domicile, pas mal de temps partiels et ça me fait bien flic parce qu’à 27 ans et des brouettes, je ne peux pas me permettre de rester trop longtemps à temps partiel. Et ma retraite? bon ça, personne n’en aura Et notre (future) maison?

Vivement que le diplôme soit in the pocket, et que je trouve un poste, je serai déjà plus sereine…

mes p’tits bonheurs de la semaine #8

24 Mar

retrouver les copines pour une semaine de formation.

être rassurée pour l’écrit du diplôme d’état, j’ai eu 18/20 à l’une des épreuves du diplôme blanc! Hâte de connaître la note du 2ème écrit…

passer mon premier entretien professionnel pour un poste d’EJE. Faire face à tout de même 5 personnes quand même! Gérer son stress comme une chef et ne pas se reconnaître. Merci Gelsenium, Sédatif PC et Rescue! (Bon, pour le fond des choses, il faudra travailler ça quand même pour les prochains entretiens) J’aurais aimé écrire un billet rien que pour cet entretien, mais franchement, je n’ai pas le temps…, j’ai un mémoire à rendre dans 6 semaines Aaaargh!!

recevoir un coup de fil de ma tutrice de stage, pour prendre des nouvelles du-dit entretien. Et papoter pendant un certain temps comme de grandes copines, ça m’a vraiment fait plaisir!

terminer et valider ma formation de secourisme (PSC1). Me voilà plus rassurée pour mon entrée dans la vie professionnelle, parce que mon AFPS datait quand même de 12 ans!

rendre une visite surprise à ma mamie, pas vue depuis Noël, et me promettre de le faire plus souvent, car je crois qu’elle en était toute émue/surprise/heureuse.

passer tout le samedi avec Mam’s, papoter entre filles sans avoir l’impression d’ennuyer Chéri, (re)faire la recette de tarte au citron d’Alice que Mam’s voulait goûter, se féliciter de cette belle réussite gustative!

se réjouir que le « Ti Frère » (1,92m!) de Chéri annonce enfin à sa famille qu’il a une copine (héhé, moi je le savais via FB… Meuh non, je l’espionne pas… Je l’ai su, c’est tout! Et j’étais impatiente d’en savoir mieux!) Bon, en vrai, il l’a présentée à ses parents la semaine dernière, donc les frères et soeurs, et beau frère et belle soeur (moi!), on est un peu jaloux de la cachotterie, et on est impatients de la connaître!

– fêter l’anniv’ de ma belle-soeur, et à cette occasion pouvoir pouponner la Pimprenelle qui a bientôt 8 mois (déjà!)

ptits-bonheurs-logo3

Retrouve les autres p’tits bonheurs de la semaine chez Maman Bavarde

Année après année…

21 Mar

Année après année…j’ai fait mon petit bonhomme de chemin! J’ai eu ma licence de géographie en 4 ans, tout en bossant à côté.

J’ai passé deux années à l’IUFM dans le but de préparer le concours de professeur des écoles. J’avais depuis le collège des oeillères, je ne voyais que ce métier là et ne m’étais jamais renseignée pour autre chose.

Pour ma 2ème tentative du concours, j’étais à 0,75 points de la dernière personne admise 😦

Et puis j’ai rejoint Chéri qui bossait alors en Dordogne, en me disant que je préparerais encore le concours mais à distance, tout en étant à la recherche d’un p’tit boulot.

J’ai postulé pour faire des remplacements dans l’enseignement privé, car la licence suffit. J’ai eu la chance de décrocher un remplacement à l’année car une titulaire n’avait pas prévenu qu’elle se barrait à la retraite, et le poste n’avait pas été mis au mouvement, donc vacant à la rentrée. Une classe de petite et moyenne section. Me voilà à vivre ma première (et seule) rentrée de maîcresse.

J’ai vécu une superbe expérience cette année là, mais malgré cela, le côté évaluation auprès de ces petits bouts m’a vraiment gênée. Parallèlement à ça, l’horloge continuait à tourner, des réformes sont arrivées, le concours allait être modifié et nécessitait un niveau master 2 pour être validé. Bref, il me manquait encore 2 années à faire, avec encore un concours à la clé. J’ai dit Stop!

J’avais entre temps découvert le métier d’éducateur de jeunes enfants. J’ai tenté ma chance, ça a payé du premier coup, et en septembre 2010 me voilà partie à nouveau pour 3 ans, mais sans concours au bout, juste un diplôme à valider.

Maintenant, je suis dans la dernière ligne droite. Je planche sur mon mémoire, je m’approche à grands pas de la date fatidique des épreuves finales. De la fin de ma vie d’étudiante. De la vie professionnelle, la vraie, pas celle de stagiaire.

Il y a 10 ans, je passais le bac… J’ai un cursus particulier: certains diront que j’ai perdu du temps, moi j’ai enfin accepté que c’était mon cheminement. Comme si je devais passer par là.

Année après année… Où serai-je dans 10 ans?

Retrouve les autres participations chez Sysy in the City et MaCyMa.

21-03-13-défidujeudi-années-168x255

Merci à elles d’avoir repris le flambeau des défis du jeudi, il y a 1 an déjà!

mes p’tits bonheurs de la semaine #7

10 Mar

passer toute la semaine dans le groupe des bébés ou au bureau pour l’administratif. (d’habitude je partage ma semaine entre les « grands » et les bébés). Travailler avec les bébés, c’est moins de fatigue nerveuse (j’vous dis pas les grands, c’est usant de négocier à longueur de journée dans cette période d’opposition où même les plus « gentils », nous ne les reconnaissons plus en ce moment). C’est plus de fatigue physique, attention au dos!!, il faut adopter des positions ergonomiques!! C’est aussi retrouver les gazouillis, les areuh, les premiers quatre-pattes, les premiers pas, les premières « conversations »! J’adoooooore 🙂 Comme je suis restée toute la semaine dans ce groupe là, j’ai pu faire le suivi de la plus petite de la crèche, à peine 4 mois mais un gabarit de souricette de 2 mois, c’est trognon! (oui, je suis en mode gaga, mais professionnelle rassurez vous!)

distribuer les questionnaires aux parents pour mon recueil de données pour mon mémoire. Etre ravie que certains soient d’emblée très contents de pouvoir m’aider « on sait ce que c’est, on est passés par là! » même si d’autres au contraire me répondent avec une mine gênée, genre je vais pas remplir votre questionnaire car je m’en fous/je n’aurai pas le temps/je l’aurai perdu avant de l’avoir rempli/ça a l’air long/compliqué… mais le prennent poliment quand même.

échanger avec des parents sur mon stage, et les voir étonnés et déçus qu’il ne me reste plus que 2 semaines et demi sur ces 28 semaines passées auprès d’eux, étalées sur 10 mois… « on pensait vous garder avec nous jusqu’à la fin de l’année! »

suivre la première séance de la formation de secourisme (PSC1). J’avais déjà l’AFPS, mais c’était il y a 12 ans… (hum hum…) Cela faisait un moment que je voulais me « recycler », mais étant atteinte d’une procrastinatite aigüe, je le repoussais sans cesse… Et puis, forcée de constater que je me rapproche dangereusement du monde du travail « pour de vrai », bientôt ce sera fini le statut de stagiaire! Alors je me suis prise en main, et j’avoue que le premier emploi auquel j’ai postulé exige un diplôme de secourisme de moins de 5 ans (et je trouve cela bien normal!) alors cela m’a boostée à le faire au plus vite!

prendre la parole en réunion sans bégayer. ça peut paraître évidant à ce stade de ma formation, mais c’est un détail important pour moi. Je suis assez à l’aise avec l’équipe mais c’est vrai que je crains encore la directrice, et aussi le regard de l’EJE, ma référente de stage, qui scrute mais dit rarement ce qu’elle pense et c’est dérangeant (et je lui en ai fait part, mais bon c’est comme ça depuis 9 mois… j’ai fini par m’y habituer mais je trouve quand même cela désagréable)

sourire de l’attitude de la directrice extrêmement bienveillante depuis que je lui ai parlé de mon entretien à venir. Elle se prend un peu pour ma coach, mais au fond ça me sert alors j’en profite hein! Vendredi matin, elle m’a félicité pour ma prise de parole en réunion jeudi soir (j’ai participé avec elle à l’animation de la réunion) mais m’a dit: « pour ton entretien, ne met pas de décolleté, le stress te fait apparaitre plein de plaques rouges sur le torse!!! » Bon le décolleté c’était un col bateau donc rien de choking ^^ mais en gros elle me conseille d’y aller avec un haut qui monte haut (c’est le cas de le dire). C’est intéressant qu’elle m’ait signalé ça, car j’ai toujours pensé que je piquais un fard avec le stress, car une grosse bouffée de chaleur aux joues et à la tête et je pensais devenir rouge comme une tomate. Elle m’a dit que non, enfin normal quoi, que c’était vraiment des plaques sur le bas du cou (ou haut du torse, comme tu veux!)

aller voir un chouette spectacle: la soeur de Chéri a offert à Noël, aux femmes de la famille, des places pour découvrir le groupe zOrozora: 3 jeunes originaires de Montpellier: une clarinettiste, un violoniste et un guitariste. Ils se définissent comme des musiciens classiques, pour un « concert pas classique », titre de leur dernier spectacle. 3 jeunes qui jouent superbement bien, et qui ne se prennent pas au sérieux. C’était à mi-chemin entre le théâtre et un concert de musique, bref une belle soirée entre filles!

zorozorajpg-6474-824a7

Et toi, tes p’tits bonheurs de la semaine?

Retrouve les autres p’tits bonheurs de la semaine chez Maman Bavarde

ptits-bonheurs-logo3

entretien d’embauche, the first one!

1 Mar

Pour ceux qui lisent le blog en pointillés, ou pas du tout, je rappelle que je suis sur le point d’achever ma formation d’éducatrice de jeunes enfants, et passe donc le diplôme en juin. Dans la structure où j’effectue mon stage long, à responsabilité, il n’y a qu’une seule éducatrice et ne semble pas partie pour faire un petit troisième, donc pas d’opportunité d’embauche ou de remplacement de ce côté là, en tout cas pas là long terme. Je pourrai évidemment remplacer au pied levé des auxiliaires étant donné que je connais très bien la structure (28 semaines de stage, étalées sur 10 mois, ce n’est pas rien!)

Je suivais depuis un certain temps le marché de l’emploi dans un rayon de 70 kilomètres autour de chez moi, grâce à l’ami Paul qui a enfin une fonction d’alerte si de nouvelles offres concernant mes critères venaient à être publiées sur son site. Il y a 3 semaines, je découvrais une offre de CDD d’un an, d’adjoint de direction d’une grosse crèche, débutant accepté. Chéri m’encourageait vivement à y répondre « au pire, ils auront ton CV sous le coude si la personne ne fait pas l’affaire, ou pour un remplacement ».

J’ai pesté, trépigné, puis me suis finalement décidé à pondre une lettre. Avec son aide, parce que les lettres, c’est mieux son truc à Chéri. J’ai bien expliqué que je n’aurai le diplôme qu’en juin, etc… mais en même temps l’offre ne précisait pas pour quelle date est la prise de poste.

La coordinatrice petite enfance m’a appelée pour me dire que les entretiens avaient lieu le 19 mars, « est ce que ça vous va? ». Et merde, il a fallu que ça tombe LA semaine du mois où je suis en formation. Quand je suis en stage, la directrice est cool et peut modifier mes horaires si j’ai besoin un jour. Mais la formation, qui m’est en partie financée, je me dois d’y assister. Et puis le soir, on a guidance de mémoire et j’en ai vraiment besoin, et… « pas vraiment, je suis en formation justement cette semaine là »‘

Réponse un peu sèche: « écoutez, je vais voir si les autres candidats sont disponibles ce jour là. Si personne ne peut, on déplacera, sinon tanpis. Parce que nous sommes 4 à faire passer l’entretien et c’était déjà dur de trouver une date commune alors… »

4!!! Oh my god…

« bon, je vais voir comment je peux m’organiser, je vous rappelle ».

Une heure à me triturer l’esprit, à demander conseil à une copine, à ma responsable de stage… Ma copine de promo me rassure, « les cours tu les rattraperas, fait sauter la journée et vient juste pour la guidance le soir! »

Ah oui , pas bête. Je rappelle donc la coordinatrice, en disant que j’ai pu m’arranger mais par contre il faut que je sois à 17h à Lyon, donc j’aurais une préférence pour passer le matin. Elle me dit que tous les entretiens sont concentrés en une après-midi car « vous n’êtes pas très nombreux » (chouette c’est déjà une bonne chose), mais comme les autres candidats n’avaient pas encore rappelé, j’ai pu choisir mon créneau. Je serai donc la première à passer, à 14h.

Passé le cap de la *danse de la joie*, je peux vous assurer que je flippe sévère. Moi, la petite débutante qui n’a même pas encore son diplôme, qu’est ce que je vais bien pouvoir leur apporter? Bref, mon esprit est sans cesse occupé par les questions qu’ils pourraient éventuellement me poser, et auxquelles je ne trouve pas de réponse pour l’instant… Panique à bord!!

question