Tag Archives: cinéma

ciné, dossier et anniv en vue [les p’tits bonheurs]

25 Nov

– hier, Chéri et moi sommes allés voir Argo au ciné, en VO sous-titrée. Voilà bien longtemps que nous n’étions pas ressortis tous les 2 enchantés d’un film vu en amoureux (j’veux pas jeter la pierre, mais quand même Chéri est assez difficile aussi il faut dire)

En 1979, un responsable de la CIA charge un agent de libérer des diplomates américains cachés à l’ambassade du Canada à Téhéran en Iran suite à la prise d’otages à l’ambassade américaine à Téhéran. Cet agent monte de toutes pièces un projet de film et fait passer les diplomates pour une équipe de tournage venue faire des repérages pour un film de science-fiction intitulé Argo.

J’ai vraiment aimé, le suspens tout au long du film (même si on se doute de la fin, mais même la nana derrière moi semblait crispée sur son siège et criait des petits « alleeeez!! oh non!! vite!! » jusqu’à ce qu’un « chut! » agacé la fasse taire), l’ambiance fin des 70’s, la découverte de ce fait politico-historique dont l’inculte que je suis n’avait jamais entendu parler, le bain de culture au sein de Téhéran, la prestation d’acteurs qui m’étaient inconnus (à part Ben Affleck et Brian Cranston of course, et quelques autres têtes déjà aperçues), le rapprochement entre clichés réels et clichés du film lors du générique de fin (ça vaut le coup d’attendre un peu!)…

affiche film Argo

source: allociné

*****

– J’ai oublié de te dire, mais la semaine dernière on m’a rendu la note du fameux JDB que j’avais dû reprendre. Vu que c’était le 2ème jet, donc une 2ème chance pour remonter ma note (vu que soyons clairs, j’étais passé complètement à côté du truc comme 6 autres de ma promo) je ne pouvais avoir que maxi 12, quelle que soit la valeur réelle de mon rendu. J’ai donc eu le fameux 12, et demandé à la formatrice qui m’a rendu la note si elle savait combien j’aurais pu avoir si cela avait été mon « premier jet ». Elle a souri, m’a dit que j’avais bien rattrapé le truc, que ça valait pas non plus une note « à crever les plafonds » pour reprendre ses termes mais que ça valait un 14/15. L’essentiel est que je n’ai pas repris ce dossier là pour rien et j’ai gagné 2 points.

*****

– Demain, c’est mon anniversaire… tralali, tralalèreuh!!

Ciné, dossier rattrapé et anniversaire en vue, voilà mes petits bonheurs de la semaine!

la guerre des boutons

29 Mar

Pour ce défi du jeudi autour du thème « BOUTON », j’aurais pu te raconter comment, à 26 ans, j’ai encore parfois une peau d’ado. « Même qu’on dirait un clafoutis » comme le chante Bénabar.

Nan, j’déconne c’est pas à ce point là, c’était juste pour ressortir cette expression qui m’a fait rire 🙂 Mais malgré ma pilule, une semaine par mois je suis en mode teenager, c’est bof!

« Bouton », ça m’a fait penser au billet que j’ai promis à Lucky Sophie d’écrire depuis le mois d’octobre, shame on me!!! J’avais gagné sur son blog deux places pour aller voir « la guerre des boutons » et c’est ainsi que le 5 octobre, j’avais RDV avec P’tit Gibus à la Halle Tony Garnier à Lyon (la copine qui devait m’accompagner n’a pas pu se libérer. Faut dire que c’était un mercredi aprem et qu’on venait de commencer un stage le lundi!)

Ce film d’Yves Robert (adapté du roman de Louis Pergaud paru en 1912) est un grand classique du cinéma français qui date de 1962, dont je ne connaissais que la célèbre réplique « si j’avais su, j’aurais pas v’nu! ». Le film ressortait en salle à l’automne, et en avant première lors du Festival Lumières à Lyon. J’étais contente de le découvrir, d’autant plus que deux adaptations de ce film sont sorties en 2011: « la guerre des boutons » de Yann Samuell et « la Nouvelle guerre des boutons » de Christophe Barratier (avec Casta, Canet, Merad…et qui a été transposée en 1944). Je m’étais dit que je comparerai avec les deux nouvelles versions, mais le temps m’a manqué pour aller les voir au ciné!

Le synopsis pour ceux et celles qui ne l’ont jamais vu: Deux villages, Longeverne et Velrans, sont en guerre. C’est la guerre que mènent chaque année les écoliers des deux communes. Quand la troupe de Longeverne commandée par le grand Lebrac fait un prisonnier, on soustrait à ce dernier tous ses boutons. Cette méthode remporte un franc succès, à tel point que les troupes, pour éviter cette extrême humiliation, se mettent à combattre nues.

J’ai passé un bon moment, même si c’était curieux de se retrouver au milieu de centres de loisirs, familles, enfants et grands-parents… Peu de gens de mon âge! Y’avait même un goûter bio offert à la fin de la représentation, mais je n’ai pas osé faire la queue, les adultes qui attendaient étaient tous accompagnés d’enfants! Seul reproche à cette représentation: le son, beaucoup, BEAUCOUP trop fort!! Et je ne suis pas la seule à l’avoir pensé, j’ai entendu d’autres personnes se plaindre à la fin!

La petite surprise de la fin: Martin et François Lartigue, alias Ptit Gibus et Grand Gibus, qui venaient « en vrai »! Bon, forcément, ils ont vieilli! Il était loin, le Ptit Gibus trop craquant!!!!:

Et toi, tu connais ce film? Tu as vu les versions de 2011?

Retrouvez les autres participantes au défi du jeudi chez MaCyMa et Sysy in the City.