estime de soi en chute libre

1 Oct

Je suis quelqu’un qui manque énormément de confiance en moi et qui a une piètre estime de moi-même, depuis très longtemps je crois. (j’avais repris du galon dans l’estime l’année de mon remplacement en maternelle où je me sentais compétente) Je n’ai jamais fait de psychanalyse ou rencontré de psychologue pour savoir d’où vient mon hyper-émotivité qui parfois me rend les relations difficiles et/ou compliquées avec les autres.

https://i1.wp.com/semeunacte.com/wp-content/uploads/2010/07/Comment-Apprendre-A-Construire-Une-Estime-De-Soi-Saine-semeunacte.jpg

On me décrit comme quelqu’un de patiente, tolérante, ouverte aux autres…comme on peut me considérer froide, sauvage et un peu brut de pomme parfois dans ma façon de m’adresser à l’Autre.

C’est que la Bouba n’est pas apprivoisable par n’importe qui non plus hein! Il faut m’inspirer confiance, ne pas me paraître trop envahissant pour autant. Me faire rire, m’envoyer des petites piques, mais pas me vanner à longueur de temps sinon ça devient vite lourdingue. Ne pas être quelqu’un d’imposant par la gestuelle, la parole ou les traits du visage (quelqu’un de froid va me faire fermer comme une huître)

Il paraît que je n’ai pas ou peu d’humour. ça vient d’où ça d’ailleurs, l’humour? je ne saurais pas l’expliquer. Et pi’ l’humour, c’est pas comme la barbe, tu peux pas te décider un beau matin de te la faire pousser. (c’était pour l’exemple hein, en vrai je n’ai pas de barbe, je te rassure!) Bref, tout ça pour dire que je peux parfois paraître « coincée », et ça m’agace que les gens s’arrêtent à cette image là de moi.

Je ne sais pas trop quelle image je renvois aux membres de l’équipe dans la crèche où je suis en stage. J’avoue avoir surtout peur du regard de ma référente et de la directrice, pas tellement des autres. Les deux premières m’ont dit en début de stage qu’elles ne me sentaient pas à l’aise (je dois dire que c’est aussi à cause de leur attitude vis à vis de moi, et après c’est un peu la spirale du manque de confiance!) même si avec les autres collègues pas de problème, et aucun souci non plus du côté des parents et des enfants.

Ce soir, on avait groupe d’analyse de la pratique. J’en fait déjà régulièrement au cours de mes sessions théoriques dans ma formation, mais le contexte est différent puisque je partage des expériences avec des personnes qui ont le même statut que moi, stagiaire, dans d’autres structures et donc d’autres terrains d’expériences, d’autres contextes. Là, je suis avec des personnes auprès de qui je me sens « inférieure » (ce qui est vrai du point de vue hiérarchique) et je suis énervée contre moi même d’avoir été rouge, la voix balbutiante, les quelques fois où j’ai pris la parole. Depuis, je me dis que putain, je sers à rien quoi!!

Et voilà, comme à chaque fois qu’une attitude de ma part me pose problème à un moment donné, je vais le ruminer pendant un moment, me remettre totalement en question… je suis nulle, patati, patata, je ne vaux rien.. pourquoi suis-je autant affectée par le « que va-t-on penser de moi? »

J’arrive à prendre du recul, parfois, à passer à autre chose.. et dès qu’une contrariété surgit, liée à une situation où je me suis sentie pas intéressante, ou bien gamine, nulle…c’est le drame!

Je viens de tomber là dessus (où j’ai déniché l’image plus haut) :

« l’intimidation est une émotion résultant de la combinaison de la crainte de l’autre et de l’envie de lui plaire, le tout associé à un manque de confiance.« 

Crainte du jugement + Forte envie de faire bonne impression + Faible confiance en soi = risque d'intimidation

et je me retrouve dans tout ça: les symptômes (tremblements, rougeurs, sueurs, respiration coupée…), les cognitions(Focalisation sur soi, anticipation anxieuse, auto-dévalorisation, pensée en tout ou rien…), les comportements (inhibition, retrait, fuite. Masques comportementaux: froideur, rudesse…)

Des gens dans ma situation? Comment vous « soignez-vous? »

Publicités

9 Réponses to “estime de soi en chute libre”

  1. mam'Zelle A 1 octobre 2012 à 21:58 #

    On dirait un peu beaucoup moi ! En vrai je suis timide et ai très peur du regard des autres, de ce qu’on va penser de moi. Je me sens souvent nulle et tout le tralala. Il suffit d’un petit rien pour que ma journée soit égayée, il suffit d’un petit rien pour que ma journée soit gachée… Mais dis-toi que les autres, ben tu t’en fou. Tu ne vaut pas moins qu’eux et toi aussi tu as ta place. Courage

    • annabouba 5 octobre 2012 à 15:26 #

      j’essaie bien de me le dire, mais ça ne suffit pas toujours! En tout cas je me retrouve vraiment dans ton commentaire 😉

  2. Séverine 2 octobre 2012 à 08:21 #

    je me retrouve beaucoup dans ce que tu dis! mais il faut aussi dépasser le regard des autres, exister pour ce que tu es et quand tu observes un peu autour de toi tu te rends compte que les autres aussi font des gaffes, des bêtises, des oublis….depuis que je suis maman j’ai pris plus confiance en moi, et puis les autres je m’en fous, je vis pour moi, pour nous. mes problèmes de thyroïde n’ont rien arrangés à tout ça car il y a des matins ou tout est noir et d’autres où la vie est belle mais je commence à les apprivoiser aussi en analysant ma vie: on est en bonne santé, on a un toit et à manger dans nos assiettes et on mène une vie qu’on aime. il faut relativiser chaque jour les différents étapes et obstacles qui se mettent devant toi, une dernière chose qui m’a aidé et m’aide encore c’est le monde associatif, car du coup je m’ouvre plus aux autres et ils me voient moins froide et hautaine! bisous et bon courage dans cette « quête »

    • annabouba 5 octobre 2012 à 15:23 #

      j’ai également des problèmes de thyroïde qui contribuent à ce yoyo émotionnel, mais qui ne l’expliquent pas entièrement! mais bon comme tu dis il faut voir les choses positives pour avancer!
      Je vais y penser, au monde associatif 😉

  3. aggie 2 octobre 2012 à 11:22 #

    Quand je dois prendre la parole en public, je me jette dans le bain sans réflechir, comme si je plongeais dans une piscine. Une fois que c’est parti ça va. Mais c’est vrai qu’il existe des situations où je suis beaucoup plus à l’aise que d’autres.

    • annabouba 5 octobre 2012 à 15:04 #

      moi aussi je me suis en quelque sorte « jetée », parce qu’il le faut, parce que je dois me faire violence face à cette timidité venue de je ne sais où. Mais il faut que je m’entraine, parce que vraiment, la prise de parole en groupe ce n’est pas encore ça!

  4. Loupy 2 octobre 2012 à 13:25 #

    Je ne saurai te donner de réponse… je me retrouve dans beaucoup de points que tu décris, et je vis avec 🙂

    • annabouba 5 octobre 2012 à 15:21 #

      ça fait des années que je vis avec, et je pourrais presque dire « on s’y fait » Sauf que j’ai peur que ça ne me bouscule trop dans mon travail quand je serai sur le terrain « pour de vrai »

Trackbacks/Pingbacks

  1. un jour noir, un jour blanc « Les blablas de Bouba - 5 octobre 2012

    […] mon billet précédent, je disais ma tristesse de me voir parfois si coincée, nulle, incompétente.. Bref, d’avoir […]

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :